Magie du vent et du soleil : l'électricité gratuite pour le personnel d’EDF

 Par Michel Gay

Dans son rapport annuel publié le 6 février 2019, la Cour des comptes suggère plus de cent cagnottes où puiser des ressources financières pour satisfaire les exigences de baisse des impôts et des taxes des Français (gilets jaunes), notamment sur leurs factures d’énergies.

EDF en ligne de mire…

L’une d’entre elles serait la suppression de la quasi-gratuité (4% du tarif de base) de la fourniture de l’électricité aux 300 000 actifs et retraités d’EDF. La suppression de cette forme de revenu privilégié (dont le gain n'est pas soumis à l’impôt), cumulée à de nombreux autres avantages répertoriés par la Cour des comptes dans son dernier rapport, allègerait la facture des Français de presque… 3 milliards d’euro !

Faut-il voir dans ce cadeau défiscalisé, et dans les divers « avantages acquis » par le personnel d’EDF, un matelas de raisons pour lesquelles les syndicats défendent mollement leur outil de production, notamment nucléaire ?

Des coûts de plus en plus élevés

Ainsi, EDF continue à soutenir le développement des énergies renouvelables éoliennes et solaires (via sa filiale EDF ENR) malgré de sévères avertissements de la Cour des comptes en 2018 sur la dérive des coûts.

Il est vrai qu’il y a de juteuses subventions (et autres exonérations fiscales) à engranger (de 5000 € à 10.000 € !) en tondant la laine sur le dos de la majorité des Français !

Ces énergies renouvelables tant vantées seront ruineuses pour eux. Ils n’accepteront alors certainement plus de payer à « fonds perdus » pour délivrer une électricité « à un prix d’ami » à 300 000 actifs et retraités d’EDF. Aujourd’hui, cette acceptation des « privilèges » est subordonnée à une électricité parmi les moins chères d’Europe en « récompense » de cette performance.

Une « accumulation d’avantages »

Cette « accumulation d’avantages » (selon le rapport de la Cour des comptes) pour les salariés d’EDF peut être comprise par les citoyens qui bénéficient d’un service de qualité et bon marché. Que des employés compétents au service d’un outil performant et productif soient bien rémunérés et reçoivent en retour certains avantages limités peut être accepté.

Mais que cette entreprise fournisse à l’avenir une électricité de plus en plus chère, susceptible de manquer par moment (« black-out ») au gré des vents et du soleil, alors la bienveillance sur les avantages tournera à l’aigreur contre des privilèges indus…

De plus, les écologistes au gouvernement veulent priver EDF d'un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros sur les prochaines décennies avec la fermeture (anticipée d’au moins une quinzaine d’années) de la centrale nucléaire amortie de Fessenheim qui fournit une électricité à bas coût.

Cette « confiscation » autoritaire sur l’autel d’un accord politique avec les « Verts » ne va pas améliorer les comptes d’EDF.

Il est temps de réagir !

Les personnels aujourd’hui relativement passifs d’EDF devraient prendre garde et s’alarmer : dès que la poule nucléaire aux œufs d’or sera affaiblie, ils pourront dire adieu à la gratuité de l’électricité sous la pression d’une population en colère.

C’est maintenant qu’il convient de dénoncer la stupidité de l’affaiblissement de l’investissement dans la production nucléaire par effet d’éviction au profit d’énergies renouvelables ruineuses, fatales et intermittentes qui ne feront pas « le travail ».

Une PPE extravagante

La production des éoliennes et des panneaux solaires coûte chère, et de plus en plus. Des sommes colossales ont été, et seront engagées (dilapidées dans des impasses ruineuses ?) selon la dernière Programmation Pluriannuel de l’Energie (PPE 2019 – 2028) :

« Pour l’électricité, la nouvelle PPE va conduire à engager 30 milliards d’euros de soutiens publics supplémentaires entre 2018 et 2028 (…), et ils s’ajouteront à des dépenses déjà programmées de 95 milliards d’euros.

Pour le gaz, 7 à 9 milliards d’euros de soutiens publics supplémentaires pourront être engagés entre 2018 et 2028 ».

Les Français n’ont pas fini de payer ces gabegies monstrueuses…

EDF conseillera alors certainement à ses salariés et à ses retraités de s’équiper d’éoliennes et de panneaux solaires puisque... le vent et le soleil sont, parait-il, gratuits !

Recherche sur le site

Articles récents

29 décembre 2018
© 2016 - 2019 - Vive le Nucléaire Heureux. Tous droits réservés. Réalisation Studio Coléo.