Éolien flottant : 2 milliards d’euros vont sombrer !

Par Michel Gay

La France a décidé d’installer au large de ses côtes (atlantique, Manche et Méditerranée), un ensemble éolien en mer, flottant ou posé sur le fond, à grands renforts de subventions publiques (plusieurs milliards d’euros !).

Production surévaluée

La production du parc Robin Rigg implanté dans l’estuaire de la Solway à la frontière de l’Ecosse et de l’Angleterre, un site a priori mieux venté que ceux où seront construits les parcs français, est un bon point de comparaison pour étudier l’impact potentiel de cette décision.

Biomasse vers hydrogène : solution ou impasse ?

 Par Michel Gay

(Tous les chiffres indiqués sont des ordres de grandeur)

L’hydrogène « énergie » pour la mobilité est, jusqu’à aujourd’hui, une imposture construite sur un vaste sujet technique difficile à appréhender dans sa globalité pour les simples citoyens – consommateurs. Et aussi pour certains « politiques » qui se font rouler dans la farine.

En revanche, cette voie stérile est une aubaine juteuse pour quelques organismes qui s’empressent de venir sucer les subventions prélevées sur les contribuables.

Cette filière « hydrogène énergie » développée depuis plus de 30 ans était censée succéder aux carburants fossiles dans les véhicules.

Comment faire disparaître le périphérique parisien ?

 Par Michel Gay

Plus fort que le magicien David Copperfield qui faisait disparaître des trains, l’adjoint EELV chargé des déplacements à la mairie de Paris (Christophe Najdovski) veut faire disparaître le « monstre routier » du boulevard périphérique en le « transformant ».

Un prétexte : la pollution

Un des moyens pour « transformer » suffisamment ce boulevard afin le faire disparaître, selon la volonté de cet adjoint d’Anne Hidalgo, serait d’abaisser la vitesse de 70 km/h à 50 km/h en prétextant que cette mesure abaisserait la pollution.

Or, les lois de la physique, et notamment celles de l’aérodynamique, étant ce qu’elles sont, la résistance de l’air devient négligeable à partir de 60 km/h dans la baisse de consommation (et donc de pollution) pour tous les véhicules.

Voilà pourquoi votre facture d'électricité augmente !

Par Michel Gay

L’électricité augmente de 5,9% à partir du 01 juin 2019 sur votre facture comme le prix du gaz avait augmenté de 7,45% le 01 juillet 2018.

Une hausse supplémentaire de 1% est envisagée pour le 01 août 2019. La faute à qui et à quoi ?

Les énergies renouvelables

Qui paie les milliards d’euros de subventions annuelles engagés pour 20 ans pour « soutenir » éoliennes et panneaux photovoltaïques ?

Vous !

Qui paie les milliards d’euros supplémentaires nécessaires pour alimenter les certificats d’économie d’énergie servant notamment à isoler (plus ou moins bien) les logements pour… un euro ?

Vous !

Réponse argumentée faite à Henri Weill,

rédacteur en chef du magazine

des membres de l'association des membres de la Légion d'honneur (la Cohorte)

Bonjour monsieur Weill,

J'ai été surpris de trouver hier dans la Cohorte n°236 une double page de publi-propagande pour les énergies renouvelables (EnR), dont la source indiquée est le Syndicat des énergies renouvelables.

Cet article intitulé "Energies renouvelables - La parité à l'échelle mondiale d'ici quatre ans" débute de la même manière qu'un autre article déjà publié en avril 2018 dans le Petit Journal et dont le contenu est quasiment identique. https://lepetitjournal.com/singapour/energies-renouvelables-la-parite-lechelle-mondiale-dici-4-ans-251820

Or, cette parité est une affirmation fausse. 

Les affirmations contenues dans l'article cité sont aussi fausses pour la plupart, ou biaisées, ou sont des généralités applicables à n'importe quelle source d'énergie, dont le nucléaire. http://ventsetterritoires.blogspot.com/2016/12/les-30-mensonges-sur-leolien.html

Ainsi :

"La transition énergétique est en marche".

Laquelle ? Celle vers l'énergie nucléaire en Chine et dans le monde qui construit actuellement 52 réacteurs nucléaires ?

Réacteur nucléaire EPR : et de deux !

Par Michel Gay

Le deuxième réacteur nucléaire EPR de nouvelle génération au monde a démarré à Taishan dans le sud de la Chine avec le soutien d'EDF a annoncé son PDG Jean-Bernard Lévy sur Europe 1.

Pendant que le monde politique s'échine à mettre en route une « transition énergétique » fondée sur les éoliennes et les panneaux photovoltaïques inefficaces et ruineux, les industriels avancent vers un monde plus performant et plus propre, et donc plus écologique.

Vous avez rêvé de soleil et de vent, eh bien dansez maintenant !

Publié sur Contrepoints le 25/05 avec le titre : le mirage de l’autonomie énergétique »

Par Michel Gay

Des affairistes liés à des groupes anti-nucléaires dogmatiques et autres altermondialistes décroissants ont fait rêver nos élus avec du soleil et du vent pour produire de l’électricité « locale et gratuite » au nom d'une radieuse idéologie "verte".

Cela a été d'autant plus facile que ces élus, issus majoritairement d’une formation littéraire, sont sensibles à un discours simpliste d'autonomie énergétique. C’est tellement plus simple à faire passer auprès de leurs électeurs prêts à croire, eux aussi, aux contes de fées.

Du rêve gratuit…

L’incohérence du projet de loi énergie – climat

Par Michel Gay

Le projet de loi relatif à l’énergie et au climat qui doit être présenté en procédure accélérée au Parlement début juin 2019 est incohérent.

Il confond les objectifs et les moyens et assigne des objectifs irréalistes au motif, selon Jean-François Carenco, président de la Commission de régulation de l’énergie, « qu’il faut regarder vers les étoiles et non pas vers nos pieds ». Il serait bon aussi de garder les pieds sur terre… et un œil sur les factures d’énergie des Français, ce que lui a rappelé aussi le député Julien Aubert.

Extraits et commentaires

Transition énergétique : mieux qu’un discours ou un sondage, une élection…

Par Michel Gay

Les Australiens ont voté massivement (le vote est obligatoire en Australie) le 18 mai 2019 pour élire un nouveau Parlement, et donc un nouveau gouvernement. La coalition du Parti libéral au pouvoir de Tony Morrisson était donnée perdante par tous les sondages qui prédisaient une large victoire du Travailliste Bill Shorten… qui a perdu.

La carte climatique n’était pas la bonne

Ce dernier avait choisi de jouer la carte d’une politique climatique radicale en faisant de « l’urgence climatique » sa priorité.

Cette carte n’était pas la bonne !

L’Australie étant un gros exportateur de charbon qui a souffert de graves coupures de courant à cause de la variabilité fatale des énergies du vent et du soleil, le thème du réchauffement climatique a dominé la campagne politique.

Les motivations des électeurs sont toujours complexes, mais le rejet d’une ruineuse politique climatique fondée sur des énergies éoliennes et photovoltaïques (entrainant une hausse du prix de l’électricité et des coupures de courant) semble bien le principal facteur expliquant le retournement inattendu (par les sondages) des électeurs.

Le travailliste Bill Shorten ambitionnait de faire de l’île une « superpuissance des énergies renouvelables »… mais pas les contribuables – consommateurs – électeurs.

Déjà, le 9 octobre 2017, le journal « The Australian » qualifiait le développement des éoliennes et panneaux photovoltaïques de « plus grande escroquerie mondiale ».

Une élection

Bill Shorten a perdu cette élection « imperdable » en pariant sur les énergies renouvelables, et Tony Morrisson restera premier ministre.

Mieux qu’un discours ou un sondage, une élection.

 

Duel Lithium contre Hydrogène : un mort

Par Michel Gay

L’électricité décarbonée issue des énergies nucléaires et renouvelables permet déjà aujourd’hui de consommer un peu moins de carburant véhicule (essence ou diesel) émettant des gaz toxiques et à effet de serre.

Mais le duel pour le stockage dans les véhicules de cette électricité sous forme de batteries Lithium-ion (Li-ion) ou d’hydrogène (H2) est en train de se terminer par la mort de l’H2 dans de ruineuses convulsions financières… pour le contribuable.

De quoi s’agit-il ?

Une voiture « moyenne » actuelle nécessite environ 15 kilowattheures (kWh) d’énergie mécanique utilisée « aux roues » pour parcourir 100 km.

Lettre au Député Julien Aubert

Chambéry, le 13 mai 2019

Monsieur Michel GAY

à

Monsieur le député Julien Aubert

Assemblée nationale
126 rue de l'Université
75355 Paris 07 SP

Objet : Futur rapport de la Commission d'enquête de l’Assemblée nationale sur l'impact économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, sur la transparence des financements et sur l'acceptabilité sociale des politiques de transition énergétique

 

Monsieur le député,

 

Je me permets de vous féliciter sincèrement pour vos excellentes questions et pour le déroulement de cette salutaire commission d’enquête que vous présidez.

Vous trouverez en annexe une analyse critique d'extraits des quinze comptes rendus des auditions de la commission visée en objet, jusqu’à celle du 18 avril 2019.

Les personnes auditionnées répondant sous serment, le mensonge est donc exclu. Cependant, j’ai relevé des erreurs, des contradictions entre les intervenants, des raisonnements « étranges » de certains haut-fonctionnaires de l’Etat, et même quelques tentatives "d'enfumage" de la représentation nationale.

Je vous prie instamment de bien vouloir lire l'ensemble de mes commentaires surlignés en jaune et entre parenthèses répartis dans les extraits des textes des auditions, notamment à partir du compte rendu n°7. Ils vous donneront certainement un éclairage différent.

Le règne des illusionnistes au ministère de l’écologie 

Par Michel Gay

Le ministère de l’écologie du développement durable et de l’énergie (MEDDE) est une maison d’illusionnistes qui font croire au peuple que le gouvernement agit pour l'environnement grâce au développement des énergies renouvelables intermittentes. Ils fixent des objectifs irréalistes pour 2030 et 2050 à l'aide de « plans quinquennaux » qui seront oubliés dans 10 ans (et encore plus dans 30 ans)...

Jouer aux sauveurs de la planète pour les futures générations est plus facile et valorisant que de s’occuper des fins de mois difficiles des citoyens. Et c’est surtout beaucoup moins risqué, car l’éventuel échec sera visible... avant les élections présidentielles.

Nucléaire : pourquoi vouloir tuer la poule aux œufs d'or ?

Par Michel Gay

Le programme électronucléaire français continue de susciter une vigoureuse opposition dans une frange de la population. Les accidents de Tchernobyl (1986) puis de Fukushima (2011) sont devenus les références incontournables des opposants au nucléaire civil, tandis que le moindre incident est exploité sans commune mesure avec la réalité.

Pourtant, la volonté politique de réduire les émissions de gaz à effet de serre pour limiter l’évolution du climat a ajouté une légitimité écologique à la production nucléaire d’électricité qui n’en émet pas… et qui est pilotable.

Il y a quelques décennies, l’électricité d’origine nucléaire bénéficiait du prestige attaché aux conquêtes de la science et de la technique. Elle jalonnait une nouvelle victoire de l’intelligence humaine dans la compréhension et l’utilisation des lois de la nature.

Transition énergétique : et le grand gagnant est…le gaz !

Par Michel Gay

C’est le gaz, bien plus que les énergies renouvelables, qui répond à la hausse de la consommation mondiale d’énergie. Cette dernière a augmenté de 2,3 % en 2018 selon un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) publié mardi 26 mars 2019 qui souligne « une performance exceptionnelle »...

Le marché du gaz naturel, auparavant limité par les possibilités des gazoducs, se mondialise rapidement avec des bateaux transportant du gaz naturel liquéfié (GNL) à travers le monde.

L’âge d’or du gaz naturel (incluant le gaz de schiste)

L’Association allemande des industries de l’énergie et de l’eau (BDEW) a mis en garde sur l’écart en Allemagne entre la capacité de production classique (pilotable) d’électricité (nucléaire, charbon et gaz) et la demande d’ici 2023. Elle a exhorté les décideurs politiques à aider les investisseurs en récompensant les nouvelles capacités pilotables de production d’électricité, notamment le gaz.

CIGEO : la meilleure solution

Par Michel Gay

Bonne nouvelle : techniquement et financièrement, le problème des déchets nucléaires est résolu.

L’essentiel est déjà acquis pour le projet de Centre industriel de stockage géologique des déchets nucléaires (CIGEO) fondé sur des études et des essais démarrés il y a plus de quinze ans, et encadré par le Parlement.

Plus de 90 % en volume des déchets radioactifs sont aujourd'hui gérés de façon définitive dans plusieurs centres de stockage en service depuis plus de 20 ans.

Pour les 10% restants, c'est-à-dire pour les déchets radioactifs de haute et moyenne activité à vie longue (HA et MA-VL qui contiennent la majeure partie de la radioactivité), la solution reconnue internationalement comme sûre et pérenne, depuis 2011, est le stockage définitif à grande profondeur (500 mètres), encore appelé "stockage géologique".

Le Père Noël est-il une « fake news » ?

 Par Michel Gay

Faire croire au père Noël, est-ce une « fake news » ?

Faire croire à un monde meilleur avec les énergies renouvelables qui pourront remplacer les énergies fossiles et le nucléaire, et qui créeront en même temps des emplois verts en France (alors que les éoliennes et les panneaux photovoltaïques sont fabriqués à l’étranger, et notamment en Chine), est-ce une fake news ?

Faire croire à un lien entre le réchauffement climatique et des ours dérivants sur des icebergs, comme l’avait suggéré Ségolène Royal, est-ce une fake news ?

Claironner que la gestion des déchets nucléaires est impossible, est-ce une fake news ?

La réponse est « oui » aux quatre questions précédentes.

L'électricité vient de la prise…

Par Michel Gay

Derrière la prise électrique se cache tout un monde géré en permanence afin que l'équilibre y règne. Mais encore faut-il pouvoir le faire en consommant le moins possible d’énergies fossiles chèrement importées et surtout … à tout instant. Sinon, c'est la cata !

Or, il semble que nos responsables politiques ne soient pas au courant.

Le « système » électrique[1]

Il est tellement banal de mettre un appareil en marche en manœuvrant son interrupteur que l'électricité semble sortir "naturellement" de la prise de courant.

Mais ce n’est ni naturel, ni magique.

La taxe carbone à la française…

Jean-Pierre Riou et Michel Gay

Article repris d’après « L’Éloge de la taxe carbone », publié dans Économie Matin http://www.economiematin.fr/news-eloge-taxe-carbone

La mise en œuvre de la taxe carbone peut être la meilleure solution pour faire diminuer la consommation d’énergies fossiles sans affecter pour autant la croissance, ou la pire pour la transition énergétique si elle est mal appliquée.

Pour le meilleur et pour le pire…

Par exemple, la mise en place de la taxe carbone en Suède, actuellement la plus élevée au monde, s’est accompagnée de 60% de croissance économique et de 25% de réduction des émissions de CO2. Cette performance est d’autant plus remarquable qu’à l’instauration de cette taxe en 1991, le parc électrique suédois était déjà décarboné.

Or, cette taxe carbone sur les combustibles fossiles, destinée initialement à modifier les comportements, et instaurée « à la française » en 2014 sous le nom de « Contribution climat énergie » (CCE), promet le pire.

Climat : des météorites pour la planète

Par Michel Gay

La « météorisation » (ou « enhanced weathering » en anglais) consiste à broyer des météorites pour lutter contre le réchauffement climatique. Le silicate et l'olivine contenus dans la poudre ainsi obtenue absorbent le dioxyde de carbone (CO2) de l'atmosphère, et donc une partie des gaz à effet de serre.

Que faire de ces poussières ?

Selon Elisabeth Kisspath, chercheuse à « l'Advanced Vegetable Research Institute of Liverpool » (AVRIL), « répandre cette poudre sur les terres agricoles humides leur permettra de réagir plus vite avec le CO2 de l'atmosphère ».

Cet épandage permettrait en plus de réduire l’acidité des sols, d'y introduire du carbone (fixé directement sous forme de carbonate de calcium), d'augmenter leur fertilité, et de limiter l'apport d'engrais artificiels dans les champs et les jardins.

Mais il y a un inconvénient : « la météorisation est un processus naturel qui se déroule sur période d'une centaine de milliers d'années… ».

Pour résoudre cet important problème temporel, un groupe de travail constitué d'experts internationaux sera mis en place afin d’accélérer ce phénomène pour tenter de le réduire à moins d’une décennie,… dès que les subventions demandées seront accordées.

Electricité : le Candide et le Spécialiste

Par Michel Gay

La Commission européenne à Bruxelles a considéré que les fournisseurs alternatifs d’électricité ne pourraient pas se développer en France à cause des coûts de production "trop bas" de l’électricité nucléaire d'EDF. Elle leur a donc permis d’accéder une partie de cette production nucléaire à un « prix d’ami » appelé « ARENH » (Accès Régulé à l’Energie Nucléaire Historique).

Candide : Pour le consommateur qui dispose déjà d’une électricité bon marché, quel est l’intérêt de faire intervenir une concurrence qui va faire monter le prix d'achat ?

Spécialiste : Bruxelles pensait (bêtement ?) que la mise en concurrence et l’ouverture des marchés devait « mécaniquement » faire baisser les prix pour le consommateur… Mais, en France, seul pays d'Europe où un tel outil de régulation a été mis en place, c’est le contraire qui est arrivé.

Aujourd’hui il existe 70 revendeurs d’électricité qui achètent et revendent avec des prix parfois plus bas que ceux d’EDF. Comme ils ne possèdent pas de moyens de production, ils font des efforts sur leur frais commerciaux et sur leur marge, et proposent des services complémentaires (entretien des chaudières pour le gaz, plomberie, serrurerie, …).

C : Est-il exact qu'il y a toujours du vent quelque part pour les éoliennes ?

Il faut sauver le soldat Greta

Par Michel Gay

Des jeunes se mobilisent derrière le bon petit soldat suédois Greta Thunberg pour lutter contre le réchauffement climatique. En parallèle, la France a décidé d’arrêter deux réacteurs nucléaires à Fessenheim, en parfait état de marche et qui n’émettent pas de gaz à effet de serre. Pire encore, l’Allemagne hésite à fermer ses 148 centrales à charbon et lignite qui en émettent beaucoup.

Serait-ce une des raisons de la colère de ces adolescents ?...

Greta fait des émules

Ces dernières semaines, un vent de manifestation pour « la défense de la planète » souffle dans les lycées et les collèges.

Des « jeunes » défilent en rangs serrés derrière Greta, une adolescente suédoise de 16 ans autiste Asperger, au motif qu’elle accuse les adultes d’être responsables de l’état « catastrophique » de la planète et de ne pas agir assez vite.

Apparemment terrorisés par la disparition imminente de toute vie sur la terre, ils réclament la fin du réchauffement climatique tout en étant heureux de sécher les cours.

Les énergies renouvelables : à quoi ça sert ?

Par Michel Gay

« Arrêtez de gaspiller nos sous ! » s’égosillait un gilet jaune. « A quoi ça sert de produire de l’électricité avec de ruineux panneaux solaires et des éoliennes ? ».

En voilà une bonne question… que nos élus oublient de plus en plus de se poser : les énergies renouvelables, notamment les éoliennes et les panneaux photovoltaïques, à quoi ça sert ?

Les énergies renouvelables serviraient-elles à :

Produire notre électricité ?

NON ! La France en produit suffisamment et elle exporte même ses nombreux excédents vers les pays voisins (plus de 2 milliards d’euros « net » en 2018).

Diminuer les rejets de gaz à effet de serre ?

Le gazole est un produit naturellement fatal…

Par Michel Gay

Un article pour "briller" en société !

Certains responsables politiques veulent faire migrer les Français des voitures à moteur Diesel vers les moteurs à essence. Mais ils n’ont aucune idée du procédé d’obtention des différents produits pétroliers issus du raffinage qui dépendent… naturellement et fatalement les uns des autres.

Selon certains écologistes forcenés (les "yaka-faucon"), la solution est simple : YAKAPLU fabriquer de gazole et YFAUCON n'en achète plus ! 

Mais le gazole ne se produit pas sur commande…

Un peu de technique

Le principe d’une raffinerie (pour le pétrole) est le même que celui d’une distillerie pour obtenir de la gnôle à partir de moût de raisin, ou le parfum de lavande pour la parfumerie.

Haro sur le diesel ? Quelle drôle d’idée !

Par Michel Gay

Le diesel consomme moins de pétrole et émet moins de gaz carbonique (CO2) par kilomètre parcouru que l’essence. Alors pourquoi vouloir réduire sa consommation (au profit des moteurs à essence moins diabolisés) alors la France s’est donnée comme objectif d’importer moins de pétrole et de diviser par quatre ses émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2050 (loi du 13 juillet 2005) ?

Haro sur le diesel

La part des ventes de voitures diesels représentaient 73% il y a 7 ans. Elle n’est plus que de 40% aujourd’hui.

Or, l’industrie française et européenne figure parmi les champions de ce type de moteurs. Cette réduction au profit soit de l’essence, soit des batteries (produites en Chine et en Corée pour les voitures électriques) pourrait faire perdre 15.000 emplois dans le secteur de l’automobile (qui en compte plus de 35.000 en France).

Augmenter la part du nucléaire vers 50% ?

 Par Michel Gay

Électrifier un tiers des véhicules et les trois-quarts du chauffage des bâtiments permettrait de sortir « par le haut » de la promesse politique d’aller vers 50 % de nucléaire dans le mix énergétique français tout en… augmentant d’un tiers la production d’électricité nucléaire.

A l’origine, « 50% de nucléaire » dans le mix énergétique français (contre 75% aujourd'hui) est une promesse électorale de François Hollande destinée à se concilier les voix du parti écologiste aux élections présidentielles de 2012.

Pourtant, ce chiffre « totem » n’a jamais été précédé du moindre argumentaire permettant d’expliquer qu’il était plus approprié que 48%, 80% ou…130% pour assurer un avenir durable à la planète. Il a pris place dès le début de la loi de transition énergétique pour la croissance verte sans aucune justification.

Fukushima : réalité et désinformation

Le 11 mars 2011, le tremblement de terre le plus violent de l’histoire du Japon, suivi d’un tsunami gigantesque, frappe la côte Est du Japon. Il provoque directement la mort ou la disparition de près de 20.000 personnes, ainsi que des dégâts considérables, notamment dans des centaines de milliers de logements et dans des centaines d’installations industrielles, pour un coût total supérieur à 200 milliards d’euros.

Parmi les dégâts, il y a l’inondation de la centrale nucléaire de Fukushima-Daiichi, qui provoque l’interruption des pompes de refroidissement et, subséquemment, une fonte partielle de trois des six réacteurs et des émissions radioactives. Deux travailleurs meurent noyés. Plus tard, quelques travailleurs sont superficiellement brûlés par des radiations et un travailleur de 60 ans décède d’une crise cardiaque.

150.000 habitants des zones ayant reçu des radiations sont évacués, souvent par simple mesure de précaution. En effet, la radioactivité dans la plupart des ces zones n’a jamais dépassé la radioactivité qui existe naturellement dans des villes comme Ramsar (en Iran) et Guarapari (au Brésil), où l’on vit très bien, avec curieusement moins de cancers qu’ailleurs.

Énergie : non à la dictature écologiste !

Par Michel Gay

Ignorant délibérément la relation étroite entre l’énergie et les progrès sociaux-économiques, certains écologistes « catastrophistes » préconisent, sans le dire clairement, un retour à la pauvreté et à la misère sociale par la culpabilisation et par… la force.

Un nouvel endoctrinement

Leur credo repose sur la décroissance qui passe par la réduction de la consommation d’énergie. Leur idéal obscurantiste vise à l'organisation autoritaire de privations et de contraintes réglementaires sévères touchant l’habitat, les transports et, au final, les libertés individuelles.

Abusée par une propagande écologiste qui les berce d’illusions, une population de plus en plus jeune et éduquée vit dans le déni des réalités physiques dans le domaine de la production d’énergie, et notamment d’électricité.

L'énergie non consommée est-elle la meilleure ?

Par Michel Gay

L'affirmation souvent entendue, même dans la bouche de journalistes et de hauts responsables politiques, « la meilleure énergie est celle qui n'a pas été produite ou consommée » se trompe d'objectif.

Ce n’est pas l’énergie source de bienfaits et de confort qu’il faut réduire, mais ses éventuelles nuisances marginales.

Ce slogan simpliste, trop souvent repris à tort et à travers, distille de manière insidieuse une idée négative : l’énergie serait mauvaise en elle-même, et celle qui ne serait pas produite, ou consommée, serait un bénéfice pour l’humanité.

Rien n’est plus faux.

Nucléaire : 10 bonnes nouvelles "oubliées" par les grands médias

Par Michel Gay

Les grands médias ont étrangement tendance à oublier les bonnes nouvelles, surtout lorsqu'elles concernent l'énergie nucléaire (ce n’est pas vendeur, coco…).

En ces temps d’annonces moroses, voici compilées ci-dessous 10 bonnes nouvelles revigorantes négligées par les grands médias en 2018 :

1) Le nouveau réacteur EPR de troisième génération a été démarré pour la première fois en Chine en juin 2018 et, après les essais de bon fonctionnement, sa production commerciale sur le réseau d'électricité a débuté en décembre 2018. Plus de 200 ingénieurs français y travaillent. Le second EPR en construction devrait produire en 2019.

2) Le Japon a autorisé le redémarrage de 15 réacteurs nucléaires (sur une cinquantaine). Une dizaine a été aujourd’hui remise en service et reconnectée au réseau d'électricité.

Rappel : si le tsunami a provoqué 20.000 morts, l'accident consécutif de la centrale nucléaire de Fukushima n'en a provoqué aucun.

3) L'entreprise française Framatome fournira fin 2019 son combustible nucléaire innovant "E-ATF" à l'opérateur de centrales nucléaires américaines Enternergy qui fait donc confiance au savoir-faire français dans ce domaine hautement technique.

Magie du vent et du soleil : l'électricité gratuite pour le personnel d’EDF

 Par Michel Gay

Dans son rapport annuel publié le 6 février 2019, la Cour des comptes suggère plus de cent cagnottes où puiser des ressources financières pour satisfaire les exigences de baisse des impôts et des taxes des Français (gilets jaunes), notamment sur leurs factures d’énergies.

EDF en ligne de mire…

L’une d’entre elles serait la suppression de la quasi-gratuité (4% du tarif de base) de la fourniture de l’électricité aux 300 000 actifs et retraités d’EDF. La suppression de cette forme de revenu privilégié (dont le gain n'est pas soumis à l’impôt), cumulée à de nombreux autres avantages répertoriés par la Cour des comptes dans son dernier rapport, allègerait la facture des Français de presque… 3 milliards d’euro !

  1. Macron et nucléaire : à tort et à raison
  2. Transition énergétique : la ruineuse quête moyenâgeuse du Graal
  3. Le kilo ne sera plus ce qu'il était
  4. Energie nucléaire : le triple don de Dieu
  5. La transition énergétique actuelle va ruiner les Français
  6. Il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse : Chiche, Monsieur le Président !
  7. Bill Gates parie sur le nucléaire
  8. Il y a pléthore de gaz et de pétrole ! Vous êtes au courant ?
  9. L’écologie politique fait pschitt
  10. L'imposture de l’éolien et du photovoltaïque
  11. Hourra ! L'ADEME promet 60% d’énergies renouvelables en 2060
  12. Monsieur le Président, un « citoyen nécessaire » vous pose une question de confiance
  13. Donnez-nous la parole !!
  14. Transition énergétique : la chèvre jaune et le chou vert
  15. Le grand mensonge de la Transition énergétique
  16. Energies renouvelables, propres ou… vertes ?
  17. La grande illusion de la transition écologique coûte (déjà) 50 milliards par an
  18. Eolien en mer : Macron a menti
  19. Y a t-il collusion entre Greenpeace et l'entreprise russe Gazprom ?
  20. Les dessous peu ragoutants de la transition énergétique : jaune devant, Macron derrière
  21. Pollution de l’air en France : 48 000 ou… 11 morts par an
  22. Renversant : les électeurs plébiscitent l'énergie nucléaire
  23. Energie et taxes : Macron marche sur la tête
  24. Le cœur du peuple interpelle la tête de la France
  25. L’écologie chinoise écrasera l’occident
  26. Première nucléaire en chine : le silence assourdissant des médias
  27. Prix des carburants à la hausse, passer à l’électrique ? Oui, mais il y a au moins trois « hics »
  28. Energies renouvelables : le chant des si… règne
  29. Madame Royal accuse et oublie son passé calamiteux de Ministre
  30. Le mirage ruineux du stockage massif d'électricité
  31. Electricité : 10 associations professionnelles européennes tirent la sonnette d’alarme
  32. Le GIEC persiste et signe : le nucléaire est l’avenir de l’humanité
  33. L’énergie de la houle. Une vague idée qui prend l’eau
  34. Energie : les termes "vert", "écologique" et" renouvelable" sont-ils interchangeables ?
  35. Macron champion "de la terre et du climat" : Wouahou !
  36. L'écologie rend fou !
  37. Quel serait le coût d’un « blackout » dans l’Union européenne ?
  38. Les centrales nucléaires américaines prolongées jusqu'à… 80 ans ?
  39. Tous unis pour sauver la planète
  40. Débat public sur l'énergie : le bal des dupes et des hypocrites
  41. Le Japon sur le chemin de l’hydrogène et… du nucléaire
  42. Le lobby le plus puissant dans les médias est écologiste !
  43. Electricité : 15 pays moins chers qu’en France ? De quoi parle-t-on ?
  44. Le mythe du foisonnement éolien en Europe
  45. Route solaire : le désastre annoncé est consommé
  46. Le stockage d'énergie "en béton" : une utopie de plus
  47. Les délires de nos « écolos» : ça ne s’arrange pas !
  48. Production électrique : tous les œufs seraient dans le même panier ?
  49. Le seuil de 50% d'électricité nucléaire est sans fondement
  50. Le mythe du stockage par hydrogène
  51. Fessenheim : c'est Iphigénie qu'on sacrifie
  52. La transition électrique va coûter cher aux Français
  53. Le gaz augmente de 7,45 % au 1er juillet : vive la transition énergétique
  54. Les Verts ne sont plus anti-nucléaires en Finlande
  55. Si l'énergie nucléaire est si sûre, pourquoi en avons-nous si peur ?
  56. Energie : la guerre asymétrique entre le dogme et la raison
  57. Energie : le suicide collectif européen
  58. Le fiasco de l'Europe électrique
  59. L’hydrogène, cet hallucinogène
  60. L'impasse de la transition énergétique européenne
  61. Nicolas Hulot : sous l'écologiste, le dictateur
  62. Soutien aux énergies renouvelables : la Cour des comptes montre que c'est le bazar
  63. Les racines de la colère des géraniums
  64. Oui, le solaire et le vent augmentent vraiment les prix de l'électricité
  65. Le cancer de l'éolien et du photovoltaïque
  66. Si le solaire et le vent sont si bon marché, pourquoi rendent-ils l'électricité si chère?
  67. Les magiciens de l’éolien
  68. Electricité : produire "local", est-ce conforme à l'intérêt général ?
  69. Les incohérences de Monsieur Hulot
  70. Déchets nucléaires : où est le problème ?
  71. Le principe de précaution tue
  72. Confusion dans le pilotage de la politique énergétique de la France
  73. Les offres de gaz “vert”, késako ?
  74. Nucléaire : quand un journaliste a du plomb dans la plume
  75. Energie : l’Europe se couche-t-elle pour mourir dans ses chimères ?
  76. RTE ne nous dit pas tout !
  77. Pour l'amour du ciel !... et de la France
  78. Ministère de l'écologie : la valse des épithètes
  79. Bilan électrique 2017 de la France
  80. Les Bretons bientôt "sacrifiés" à l'aluminium et au zinc ?
  81. Réchauffement climatique et particules fines : l'Allemagne dans l'impasse
  82. Les négriers éoliens déboutés 16 novembre 2017
  83. Fessenheim : pour une poignée d'écologistes… et quelques cacahuètes
  84. Le nucléaire sauvera l'humanité de la pénurie d'énergie et du réchauffement climatique
  85. L'enfumage des énergies renouvelables "pas chères"
  86. Faut-il "brider" le dragon nucléaire chinois ?
  87. Et si, en 2018, on libérait aussi l'énergie nucléaire ?
  88. Subprime et nouveau capitalisme vert
  89. Pendant que Ségolène glisse sur la glace
  90. Nucléaire et renouvelables seraient complémentaires ?
  91. Le gaz naturel liquéfié, rempart contre la Russie ?
  92. Le photovoltaïque brisera le dos du canard
  93. Misère, on va tous mourir… de peur
  94. Energies renouvelables : mais où sont donc passés les emplois promis ?
  95. Et si les autoroutes devenaient électriques ?
  96. Transition énergétique : désolé, on s'est trompé
  97. Le chauffage électrique est écologique
  98. Radioactivité : êtes-vous ALARA ou ALAIN ?
  99. Eolienne "offshore" : le naufrage du bon sens
  100. Le désastre de la croissance verte
  101. Il y a quelque chose de pourri au royaume des éoliennes
  102. Energies Renouvelables : la déraison d'Etat
  103. Le mauvais combat des antinucléaires contre CIGEO
  104. Voiture électrique : "no limit" pour moins… d'un litre au 100 km !
  105. Acheter (ou pas) une voiture électrique
  106. Un milliard d'export… d’électricité
  107. Le futur Airbus pourra t-il décoller ?
  108. Fermer 17 réacteurs nucléaires ?
  109. Le mirage des énergies fatales
  110. La transition énergétique en Allemagne est un échec. Qui osera le dire ?
  111. Pas d'hydrocarbure, pas de nucléaire, vive le vent d'hiver !
  112. Comment le nucléaire peut-il être heureux ?
  113. Energies : des rois et des rats
  114. Les Suisses ont-ils peur du nucléaire ?
  115. Monsieur Hulot : pour lutter (vraiment) contre les énergies fossiles, changez la politique énergétique de la France
  116. Les énergies renouvelables en France ? Pourquoi faire ?
  117. La ruineuse usine à gaz solaire de Mme Royal
  118. Contre le cancer, mange tes brocolis !
  119. L'éolien et le photovoltaïque tuent !
  120. Energies et CO2
  121. Transition énergétique : l'Académie a dit…
  122. Photovoltaïque : un gâchis écologique
  123. L'électricité verte est-elle durable ?
  124. Les énergies renouvelables et le théorème du clou
  125. Route solaire : quel couscous !
  126. Nucléaire : la force tranquille
  127. Même sans vent, les éoliennes tournent...
  128. Sarcophage de Tchernobyl : la cathédrale de la peur
  129. Halte aux arnaques renouvelables !
  130. Présidentielle : où va la "transition énergétique" ?
  131. Transition énergétique : aïe, tout faux !
  132. Thorium : est-ce vraiment la face gâchée du nucléaire ?
  133. Le mensonge planétaire de la transition énergétique
  134. Cachez ce nucléaire que je ne saurais voir !
  135. Vert comme le nucléaire !
  136. Fukushima : Peu ou pas d'impact de la radioactivité sur la santé !
  137. Tchernobyl : autopsie des mensonges, 30 ans plus tard
  138. Nucléaire : "la fin de l'histoire" ?
  139. ALSTOM qui pleure, Fessenheim aussi
  140. Réduction du nucléaire : un coup deux fois perdant.
  141. CIGEO, ou le bel avenir des ZAD
  142. Brexit et nucléaire : une aversion fabriquée et entretenue
  143. Schéma du circuit annuel du combustible nucléaire en France en 2015
  144. La reconstruction d’une Europe de l’énergie
  145. Vers 100 % d'électricité nucléaire en 2070, avec appoint gaz.
  146. Le nucléaire est l'avenir de nos enfants !

Page 1 sur 6

Recherche sur le site

Articles récents

© 2016 - 2019 - Vive le Nucléaire Heureux. Tous droits réservés. Réalisation - Studio Coléo