Combustible nucléaire au thorium : avenir ou délire ?

Par Dominique Grenêche et Michel Gay

en 3 parties :

  • Quel est l’intérêt du thorium ?
  • Atouts du thorium et aval du cycle
  • Non-prolifération et économie

Deuxième partie

Atouts du thorium et aval du cycle

Les atouts du thorium

Les atouts en faveur du cycle thorium sont notamment :

  • – la faible production de plutonium et d’actinides mineurs dans les combustibles à base de thorium,
  • – la capacité à « brûler » des excédents de plutonium dans les réacteurs thermiques via la mise en œuvre d’un cycle thorium–plutonium. De tels concepts peuvent être imaginés également dans des réacteurs innovants tels que les réacteurs à sels fondus (RSF), des systèmes pilotés par accélérateur (réacteurs appelés « hybrides »,
  • – la transmutation d’actinides mineurs,
  • – la possibilité de surgénération (facteur de conversion supérieur à un) avec un cycle du thorium utilisé dans certains réacteurs thermiques tels que le RSF qui est l’un des concepts retenus pour la quatrième génération de réacteurs.

Il y a actuellement un intérêt pour le thorium au sein de plusieurs institutions universitaires de recherche et développement, mais aussi de la part de certains industriels concepteurs de réacteurs et/ou vendeurs de combustible.

Au Japon, le réacteur HTTR pourrait être utilisé dans le futur avec du thorium (ainsi que HTR-10 en Chine).

 En outre, l’Inde envisage toujours le thorium comme combustible industriel pour une utilisation dans un avenir pas trop lointain.

Combustible nucléaire au thorium : avenir ou délire ?

Par Dominique Grenêche et Michel Gay

en 3 parties :

  • Quel est l’intérêt du thorium ?
  • Atouts du thorium et aval du cycle
  • Non-prolifération et économie

Première partie

Quel est l’intérêt du thorium ?

Le thorium fut considéré dès le début du développement de l’énergie nucléaire comme un combustible potentiel pouvant éventuellement compléter, voire même se substituer, à l’uranium dont on craignait à l’origine la rareté.

Cependant, le thorium-232 naturel existant sur terre (Th-232), malgré ses qualités, ne peut pas constituer une véritable alternative à l’uranium comme combustible nucléaire car, contrairement à celui-ci, il ne possède pas naturellement d’isotope « fissile » par des neutrons lents. Il permet simplement d’en générer un, l’uranium 233 (U-233) dans un réacteur nucléaire.

Mais cet élément artificiel ainsi créé est en revanche un excellent isotope fissile pour les réacteurs « à neutrons lents » appelés aussi « thermiques ». Il est même meilleur que ceux utilisés aujourd’hui, l’uranium 235 (U-235) et le plutonium 239 (Pu-239), d’où l’intérêt potentiel du Th-232 en tant que noyau « fertile », c’est-à-dire capable d’être « fertilisé » par un neutron pour donner un noyau « fissile » comme les deux précédents (U-235 et Pu-239).

C’est la raison pour laquelle, le cycle au thorium a toujours fait l’objet d’études à travers le monde.

Toutefois, l’utilisation du thorium en réacteur présente des défis technologiques importants qu’il faudrait surmonter pour une mise en œuvre industrielle du cycle du combustible nucléaire au thorium.

L’hydrogène blanc est trouble !

Par Michel Gay

L’affaire de l’hydrogène dit « blanc », ou natif, ou naturel (qui ne résulte pas d’une transformation issue humaine du gaz ou de l’électrolyse), dont « regorgerait » la terre et qui serait « présent partout sur la planète » n’est pas clair du tout. Un relent d’idéologie pour promouvoir la « civilisation hydrogène » et de recherches acharnées de subventions planent sur sa promotion forcenée.

Un hydrogène presque arc-en-ciel…

Il y avait déjà l’hydrogène « gris » issu du gaz naturel dans l’industrie, puis l’hydrogène « vert » issu de l’électrolyse avec de l’électricité décarbonée.

Aujourd’hui l’hydrogène apparaît sous… 8 couleurs ! (Noir, gris, bleu, turquoise, rose, jaune, vert, blanc).

La couleur blanche définit l’hydrogène à l’état naturel se trouvant (rarement) dans des couches géologiques, et dont il n’existe actuellement aucune méthode durable pour exploiter économiquement ces gisements épars.

Plutonium, mon amour ! (3/3)

Par Dominique Grenêche et Michel Gay

Troisième partie

Perspectives de développement

 

Les programmes mondiaux 

En dehors des programmes nationaux, il existe un cadre international de coopération en matière de développement de la R&D sur les RNR : le Forum international Génération IV (GIF) qui a été créé en 2001. Cet organisme rassemble aujourd’hui 13 pays, dont les principaux grands pays industriels, ainsi que Euratom. Cet organisme, mis en place en 2007 pour structurer et promouvoir le développement d’une énergie nucléaire durable, est chargé de superviser et de soutenir les travaux des pays membres de l’Union Européenne, notamment au travers de sa « plateforme technologique pour un nucléaire durable » SNETP (Sustainable Nuclear Energy Technology Platform) dans laquelle la France est présente.

Nucléaire : pas de plutonium, pas de surgénération !

Par Dominique Grenêche et Michel Gay

La surgénération nucléaire représentera nécessairement le socle de la production d’électricité et de chaleur vers la fin de ce siècle, et les siècles suivants, car le seul élément fissile naturel sur terre, l’uranium 235 (U235) sera devenu rare.

La surgénération consiste à créer de la matière fissile, essentiellement du plutonium, en quantité supérieure à celle consommée dans le réacteur en fonctionnement en utilisant 100 (!) fois mieux l’uranium naturel (Unat) qu’aujourd’hui, et en produisant moins de déchets radioactifs à vie longue (ceux qui restent radioactifs au-delà de 500 ans). Dans un réacteur nucléaire, ce plutonium est créé par réaction nucléaire (capture d’un neutron) sur l’uranium 238 (U238) contenu dans l’uranium naturel, dans une proportion de 99,3 % (l’U235 ne constitue donc que 0,7 % de l’uranium naturel).

Une prouesse incroyable !

Pour utiliser une image, il s’agit littéralement de fabriquer dans une voiture en circulation plus de carburant que celle-ci en consomme pour permettre ensuite d’alimenter d’autres véhicules, et le tout avec moins de déchets dangereux !

Plutonium, mon amour ! (2/3)

Par Dominique Grenêche et Michel Gay

Deuxième partie

Le secret de la surgénération

Il s’agit de créer dans un réacteur nucléaire de la matière fissile, le Pu, en quantité supérieure à celle que l’on consomme en fonctionnement.

Autrement dit, il s’agit d’un véhicule dont le moteur fabrique plus de carburant qu’il en consomme en roulant !

Cette prouesse a même été mise en œuvre à une échelle industrielle.

En effet, le nombre moyen de neutrons émis par fission est significativement supérieur pour le Pu239 absorbant des neutrons rapides (2,33) que pour l’U235 absorbant des neutrons lents (2,07). 

Or, pour espérer produire plus de Pu que celui consommé, il faut dépasser nettement la valeur 2.

En effet, un neutron est absorbé dans un autre noyau fissile (afin d’entretenir une réaction en chaine), et un autre est absorbé dans le noyau fertile (U238) pour donner naissance à un nouveau noyau fissile (Pu239). Comme une fraction des neutrons issus des fissions est perdue par captures stériles, ou par des fuites à l’extérieur du cœur du réacteur, ce facteur de reproduction doit dépasser nettement la valeur 2, ce qu’offrent les fissions sur le Pu avec des neutrons rapides.

Plutonium, mon amour ! 1

Par Dominique Grenêche et Michel Gay

Première partie

De quoi s’agit-il ?

Tout comprendre sur les enjeux mondiaux du futur nucléaire à partir de réacteurs à neutrons rapides (RNR) surgénérateurs au plutonium (Pu) qui produiront le futur carburant mondial de synthèse pour la production d’électricité et de chaleur, véritable clé de voute d’une production d’énergie propre et durable pour des milliers d’années.

Optimiser l’utilisation de l’uranium naturel

La finalité principale des RNR surgénérateurs est de remplacer les réacteurs nucléaires actuels à neutrons lents (RNL) qui n’utilisent qu’environ 0,6 % de l’uranium naturel (Unat) pour produire de l’énergie. Et il n’existe aucun moyen pour espérer améliorer significativement cette piètre performance.

Or, les ressources économiquement exploitables d’Unat s’épuiseront à la fin de ce siècle, ce qui pourrait entrainer une extinction progressive de l’énergie nucléaire faute de pouvoir extraire de l’Unat du sous-sol à des coûts raisonnables.

Vivre plus longtemps avec moins de cancers grâce à la radioactivité ?

Par Théo Richel et Michel Gay

Attention : cet article s’appuie sur les dernières connaissances scientifiques sur la radioactivité, mais sa conclusion, qui est une très bonne nouvelle, pourrait contrarier quelques convictions antinucléaires.

Vivre plus longtemps grâce à la radioactivité ?

En août 1945, les bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki ont fait 200 000 morts mais plus de 350 000 personnes ont survécu à quelques kilomètres de la détonation bien qu’ayant reçu une quantité considérable de radiations.

Au 31 mars 2023, environ 80 ans après les explosions, 113 649 d'entre eux étaient encore en vie. Leur âge moyen est de 85,01 ans. C’est remarquable car l'espérance de vie actuelle des Japonais est de 84,14 ans.

Selon le professeur Shizuyo Sutou de l'université Shujitsu d'Okayama : « En moyenne, la durée de vie des survivants de la bombe atomique est plus longue que celle des Japonais en général, et ils développent autant de cancers ».

L’un d’eux est décédé l'année dernière (2022) à l’âge de 111 ans. Sunao Tsuboi qui a accueilli le président Obama à Hiroshima, est décédé à 96 ans en 2021.

Il y aura au moins 82 centenaires parmi les survivants d’Hiroshima et de Nagasaki selon le professeur Sutou.

La belle entourloupe de l’Hyperloop

Par Michel Gay

Elon Musk est un génie, y compris pour faire prendre des vessies pour des lanternes. Depuis 10 ans, en s’appuyant sur sa réussite fulgurante (Tesla, SpaceX), il a réussi le tour de force de faire investir des centaines de personnes et des start-ups dans l’avenir du train « révolutionnaire » à très grande vitesse Hyperloop (plus de 1000 km/h) circulant dans un tube partiellement sous vide d’air.

Mais l’objectif d’Elon Musk n’était peut-être que de faire rêver avec l’argent… des autres, c’est-à-dire le nôtre au travers des impôts et des taxes (la SNCF a aussi investi 80 millions d’euros (M€) dans cette belle folie en 2016, la métropole de Toulouse 5,5 M€, et la Région Nouvelle-Aquitaine 2 M€).

Origine du dogme antinucléaire

Par Michel Gay

La radioactivité, impalpable, invisible et sans odeur, est un sujet naturellement angoissant qui favorise les mensonges antinucléaires afin d’attiser les peurs irrationnelles.

Qui a raison ?

Est-ce celui qui annonce que le radon de la Forêt Noire provient de Tchernobyl, ou celui qui fait remarquer que c’est un gaz naturel issu du sol depuis la nuit des temps ?

Est-ce celui qui annonce que la radioactivité a provoqué des millions de morts suite à la catastrophe de Tchernobyl, ou celui qui annonce 31 morts ?

Est-ce celui qui annonce que le nuage radioactif de Tchernobyl qui a survolé la France est mortel, ou celui qui annonce que ses retombées sur une partie de la France ne présentent aucun danger pour la santé de la population ?

La vérité serait-elle quelque part au milieu ?

Seul le compteur Linky serait intelligent ?

Par Michel Gay

Maintenant que le déploiement du compteur électrique Linky présenté comme « intelligent » est quasiment terminé, le rationnement imposé de l’électricité va pouvoir débuter… après plus de 20 ans d’impéritie.

C’est « intelligent »

Un projet de décret prévoit d’effectuer, dès cet hiver, un premier test en condition réelle au cours duquel la consommation d’électricité de 200.000 Français notifiés « par voie postale », et équipés d’un compteur Linky, sera plafonnée à 3 kilowatts (kW) au lieu de 6 kW (l’abonnement des particuliers en général) pendant quelques heures.

Avec ce test, le gouvernement souhaite « déterminer » s'il est « techniquement possible de mettre en œuvre un nouvel outil pour sauvegarder le réseau électrique en cas de tension extrême, pour éviter des coupures ».

Et c’est « intelligent » parce que cela aurait pu être pire…

En effet, l’entreprise ENEDIS ne limitera que la puissance délivrée au domicile des particuliers, alors qu’il aurait pu (ou dû) la couper complètement par défaut de production d’électricité !

Il faudrait se réjouir que la puissance de certains soit limitée temporairement (quelques heures pour 200.000 « cobayes ») afin d’éviter une coupure totale et généralisée… Soyons « solidaire » !

Jusqu’à récemment, avant l’ère des ruineuses énergies renouvelables intermittentes, le réseau électrique (pas intelligent) apportait à tous, à un prix raisonnable, toute l’électricité répondant au besoin de chacun, y compris en hiver lors des pointes de froid. C’était à la production électrique, notamment nucléaire, de s’adapter à la demande.

Dorénavant, ce sera à la demande (les clients) de s’adapter aux capacités de production restreintes, surtout en l’absence de vent et de soleil…

Idéologie verte, quand tu nous tiens

Avec de meilleures décisions politiques et moins d’idéologie verte antinucléaire peu judicieuse (idiote ?) focalisée sur le vent, le soleil, l’électricité serait toujours vendue aux particuliers aujourd’hui environ 12 centimes d’euros par kilowattheure (12 c€/kWh).

Micro-nucléaire : pourquoi pas ?

Par Michel Gay

La start-up française Naarea a réalisé « une première mondiale  » dans la course aux microréacteurs nucléaires de quatrième génération à neutrons rapides et à sel fondu. C’est un petit pas encourageant pour la France, même si ce n’est pas encore un grand bond pour l’humanité.

La société Naarea

La société Naarea (Nuclear Abundant Affordable Resourceful Energy for All) a embauché son premier employé en 2022. Elle vient de réaliser une innovation importante en faisant tourner un sel fondu à 700°C dans une boucle entièrement en carbure de silicium contenant du graphène. Cette avancée est une étape préliminaire pour permettre la mise au point d’un petit réacteur nucléaire modulaire.

Selon Naarea, cette céramique en carbure de silicium qui résiste à la corrosion est idéale pour le cœur d’un petit réacteur en production de masse.

Sans pétrole, pas d’électricité !

Par Michel Gay

Avant l’exploitation du pétrole et de ses dérivés (1859), la production industrielle d’électricité n’existait pas (début vers 1870), … et ne pouvait pas exister.

Aujourd’hui, sans pétrole et la pétrochimie qui en découle, il serait impossible de produire de l’électricité !

Et ce sera encore le cas dans un futur lointain.

La poule et l’œuf

La première dynamo à courant continu date de 1871, la lampe à incandescence de 1879 et les premières centrales hydroélectriques de 1880.

Tous les composants des moyens de production d’électricité et tous les appareils électriques sont fabriqués aujourd’hui à partir de produits pétrochimiques issus du pétrole (centrales électriques, éoliennes, panneaux photovoltaïques (PV), véhicules électriques, barrages, ampoules, smartphones, cafetière, réfrigérateurs, téléviseurs, fibres synthétiques pour les vêtements, etc.…).

Sans le pétrole fournissant la matière première pour la fabrication de produits pétrochimiques et de carburants, il n’y aurait pas d’informatique (ne serait-ce que les gaines électriques et les isolants des plaques électroniques), ni aucune des grandes constructions sur lesquelles repose aujourd’hui notre civilisation car toutes nécessitent du plastique et des dérivées du pétrole.

Le secret du nucléaire durable :des neutrons « rapides » et du plutonium 

Par Dominique Grenêche et Michel Gay

La surgénération consiste à créer dans un réacteur nucléaire de la matière fissile artificielle, essentiellement du plutonium, en quantité supérieure à celle consommée en fonctionnement.

Pour utiliser une image, il s’agit littéralement de fabriquer dans une voiture plus de carburant en roulant que celle-ci en consomme !

Une prouesse incroyable !

Cette prouesse est parfaitement réalisable. Elle a même été mise en œuvre à l’échelle industrielle en France et dans plusieurs pays.

Mais elle n’est physiquement possible qu’avec du plutonium !

C’est en effet le seul élément dont l’isotope principal (le Pu-239) émet un nombre de neutrons nettement supérieur à 2 (2,33) lorsqu’il est cassé par des neutrons rapides dans des réacteurs spécialement conçus appelés… « réacteurs à neutrons rapides » (RNR).

Dépendance à l’uranium russe : mythe ou réalité ?

Par Michel Gay

Suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les sanctions économiques mises en place contre la Russie ont épargné l’uranium. Serait-ce à cause d’une trop grande dépendance ?

Mais de quoi parle-t-on ? Que place-t-on sous le vocable « uranium » ? Qui est dépendant de qui et de quoi ?...

Les États-Unis voudraient bien se substituer à la Russie, ce qui changerait simplement la dépendance de l’Europe à un autre pays… comme pour le gaz !

De quoi s’agit-il ? Il y a uranium et… uranium (Unat, UE, Uapp, URT, URE, …)

Il existe au moins cinq types d’uranium :

Commençons par le début : l’uranium naturel (Unat, issu du sous-sol) contient 99,3% d’uranium 238 (U238) et 0,7% d’uranium 235 (U235).

Les « e-fuels » : illusions et désillusions

Par Michel Gay

Les « e-fuels », aussi appelés e-carburants ou carburants de synthèse, sont reconstitués à partir d’eau, d’électricité décarbonée (nucléaire, hydraulique, éolien et solaire, …) et de gaz carbonique (CO2).

Ils pourraient représenter une remarquable solution durable de substitution au pétrole (et à ses dérivés), ainsi qu’au gaz, dans les secteurs les plus difficiles à décarboner en « électrifiant » indirectement les transports aériens, maritimes, les camions et les voitures, tout en créant de l’activité en France et des emplois industriels.

Euréka ! Extraordinaire ! Révolutionnaire ! Miraculeux !

Hélas, il y a des obstacles rédhibitoires et des désillusions sur la route qui mène au Graal d’un monde sans combustibles fossiles…

Lettre ouverte à Madame Agnès Pannier-Runacher,

Ministre de la Transition énergétique

Objet : Le nucléaire et la Commission européenne

 

Madame la Ministre de la Transition énergétique,

Cette lettre ouverte souhaite attirer votre attention sur la récente attitude en 2023 de la Commission Européenne concernant la prise de position favorable à l’atome de la Cour de Justice de l’Union Européenne (CJUE) en 2020.

J’ai interrogé par courrier la Présidente de la Commission Européenne, madame Van der Leyen, sur sa politique nucléaire le 28 mars 2023 (PJ a812). Cette lettre a été publiée sous forme d’un article sur le site de Contrepoints le 30 mars 2023.

Par la suite, j’ai échangé deux courriers par emails avec la Commission sous signature commune avec Lionel Taccoen.

La Présidente a confié sa réponse à deux hauts fonctionnaires de la Commission (Hans Rhein par courrier postal le 19 juin 2023 (PJ a812b) puis, suite à ma réponse du 22 juin (a812d), Andrei Ionut Florea par email le 19 juillet (PJ a812e) auquel j’ai répondu le 23 juillet (PJ a812f), et qui m’a écrit le 11 août (PJ a812h).

Voici en résumé les échanges les plus marquants :

Énergie nucléaire : le triple don de Dieu !

Par Michel Gay

Trois véritables miracles de la nature permettent au génie humain de maitriser l’énergie nucléaire pour produire durablement de l’électricité en abondance. Sans cette triple particularité (ce don de Dieu ?) enfouie au plus profond de la matière, l’énergie nucléaire ne serait contrôlable pour produire de la chaleur et de l’électricité.

Le premier miracle

L'uranium 235 (U235) est le seul élément « fissile » (qui peut fissionner, se casser) naturel restant sur Terre après l'explosion de la supernova qui a donné naissance au système solaire il y a plusieurs milliards d’années. Tous les autres éléments ayant cette propriété ont disparu de la Terre depuis leur création.

Lorsqu’il est percuté par un neutron, le noyau de son atome (qui contient 235 protons et neutrons), il se casse en deux ou trois « morceaux » en libérant de l’énergie.

L’U235 représente actuellement 0,7% de l’uranium naturel (abondant sur terre) contenant 99,3% d'un autre uranium légèrement différent : l’uranium 238 (U238). Ce dernier n'est pas fissile mais « fertile » car il peut devenir fissile en absorbant des neutrons au cours des réactions nucléaires.

L’Allemagne sur la voie de la rédemption énergétique

Après l’échec cuisant de sa transition énergétique, nommée « Energiewende », inefficace et de plus en plus impopulaire fondée sur des éoliennes et des panneaux solaires, l’Allemagne devra bientôt aller à Canossa en redéveloppant l’énergie nucléaire si elle souhaite vraiment se passer du gaz et du charbon.

Ira-t-elle à genoux ou existe-t-il une sortie honorable ?

Deux modèles énergétiques incompatibles

Entre la France pronucléaire et l’Allemagne antinucléaire, pro-renouvelables… (et aussi pro-gaz russe et charbon allemand), la stratégie énergétique pour l’Europe constitue un sujet de discorde.

D’autant plus que Berlin veut imposer son « modèle » énergétique délirant à toute l’Europe.

L’Allemagne fait dorénavant face à une crise énergétique majeure qui ébranle son économie et son industrie. Son « Energiewende », tant vantée par les institutions de l’Union européenne (UE) sous influence allemande et par certains mouvements écologistes, vacille.

L’Allemagne utilise toujours ses centrales au lignite issu de son sous-sol, un combustible de mauvaise qualité encore plus émetteur de carbone et de CO2 que le charbon.

La colère monte dans le pays contre une stratégie coûteuse, voire ruineuse, qui met en péril la souveraineté du pays, et inefficace pour faire baisser les émissions de gaz à effet de serre.

Le nucléaire, le citoyen, et l’élu

Article inspiré du débat « Penly » organisé par la Commission nationale du débat public (CNDP)

Par Frédéric Livet et Michel Gay

Informer les citoyens français sur les propositions gouvernementales de construire de nouvelles centrales nucléaires est une tâche ardue face aux mensonges des antinucléaires et à la désinformation institutionnalisée et quasi-généralisée des grands médias.

Une source d’électricité pilotable et décarbonée doit assurer « la permanence »

Quelques parlementaires, journalistes, et « ONG » ont réussi à faire dérailler la presse, parfois complice. Une désinformation à grande échelle s’est installée durablement afin de promouvoir une pseudo-écologie antinucléaire fondée sur une puissante organisation idéologique informelle bâtie sur la peur, l’émotion, et parfois même le mensonge.

Ainsi, il est passé sous silence que, pour quasiment la même production électrique, l’Allemagne a installé un équipement double de celui de la France : 123 gigawatts (GW) d’énergies renouvelables intermittentes (EnRI) et presque autant de « pilotables » (115 GW). Elle est donc parée pour les périodes sans vent et sans soleil… grâce au gaz et au charbon, ce que peu de médias soulignent !

La France (dite « en retard » par les pro-renouvelables) n’a installé (heureusement) « que » 32 GW d’EnRI.

Pourtant, les résultats de l’Allemagne sont peu reluisants en matière de CO2 car ses centrales au charbon fonctionnent à pleine puissance (dans un silence médiatique assourdissant) pour compenser les prix actuels du gaz !

Trois enseignements peuvent être tirés de cette situation :

  • 1) Un fort développement de renouvelables intermittents oblige à garder des sources de production pilotables réactives, notamment au gaz, et ne diminue pas les émissions de gaz à effets de serre.
  • 2) L’absence de nucléaire oblige à conserver des centrales utilisant des carburants fossiles émettant beaucoup de CO2.
  • 3) La montée des prix du gaz oblige certains pays, notamment l’Allemagne, à utiliser le charbon en substitution (gros émetteur de CO2).

Nucléaire en France : 40 ans, la force tranquille en marche après plus de 20 ans de procrastination

Par Michel Gay

Le 21 août 2023, la durée de vie du réacteur nucléaire n°1 de la centrale du Tricastin dans la Drôme a été officiellement prolongée de 10 ans par l’Autorité de sureté nucléaire (ASN). Il s’agit du premier réacteur nucléaire qui pourra continuer à fonctionner après 40 ans d’activité, d’abord jusqu’à 50 ans, et peut-être jusqu’à 60 ans comme aux Etats-Unis, voire plus.

Un évènement majeur

L'événement est majeur pour la France qui mise plus que jamais sur la prolongation de la durée de vie de ses réacteurs nucléaires pour assurer une production massive d’électricité sur le long terme, et aussi pour atteindre ses objectifs climatiques dans le cadre de la transition énergétique.

Toutefois, contrairement à de fausses affirmations diffusées par certains médias, ce n’est pas une autorisation pour poursuivre l’exploitation de ce réacteur « au-delà de sa durée théorique de fonctionnement maximal », car les 40 ans n'ont jamais été une durée théorique de fonctionnement maximal.

Cette prolongation est l’aboutissement du programme « Grand carénage », mené par EDF depuis 2014 et estimé à 66 milliards d’euros, pour rénover le parc des réacteurs nucléaires français et améliorer leur sûreté afin de poursuivre leur exploitation au-delà de 40 ans.

Il y a quelques mois, le gouvernement a lancé des études « permettant de préparer la prolongation de la durée de vie des centrales existantes  à 60 ans et au-delà ».

L’Union européenne : une belle idée dévoyée en empire totalitaire par des eurocrates

Par Michel Gay

Article écrit à partir d’extraits du discours de Philippe Séguin de 2h30 sur l’Europe le 5 mai 1992 à l’Assemblée nationale

Philippe Séguin invitait le 5 mai 1992 l’Assemblée nationale à opposer l'exception d'irrecevabilité au projet de loi constitutionnelle présenté par le Gouvernement aux députés comme préalable à la ratification des accords de Maastricht négociés le 10 décembre 1991 par les chefs d’État et de gouvernement des pays membres des communautés européennes, et signés le 7 février 1992.

Selon Philippe Séguin, ce projet de loi violait le principe même de la souveraineté nationale inaliénable et imprescriptible, ainsi que le principe de la séparation des pouvoirs, en dehors duquel une société doit être considérée comme dépourvue de Constitution.

Pourquoi la Légion d'honneur ?

Par Michel Gay

Simple récompense du prince, voire vulgaire "hochet" pour certains, véritable honneur décerné par l'institution républicaine et récompensant des "mérites éminents" pour d'autres, la Légion d'honneur ne laisse jamais indifférent.

Mais pourquoi Bonaparte a-t-il créé la Légion d'honneur ?

Une masse de granit

Napoléon Bonaparte était certes un génie militaire mais, vers 1800, sa priorité était de reconstruire une France à l'agonie, ruinée, haineuse et désespérée. La Terreur puis le Directoire avaient laissé le pays dans une déliquescence telle que "le peuple avait démissionné" selon le terme de Roederer en juin 1799 (prairial an VII).

Entre deux fulgurantes victoires, Bonaparte rentrait à Paris pour relancer l'économie, refonder l'industrie, bâtir les infrastructures et organiser l'administration dans un pays qui en était dépourvu. Il forgea la préfectorale, les administrations judiciaire et fiscale telles qu'elles existent encore aujourd'hui, après plus de 200 ans.

Mais, son grand projet était de réaliser ce qu'il appelait "la fusion".

Convaincu qu'aucun redressement ne serait possible sans d'abord réaliser une unité nationale, il s'attela à rassembler toutes les fractions d'un peuple qui se haïssaient et se jalousaient en les forçant à travailler ensemble. Il voulait reconstituer des "masses de granit" capable de recréer du lien dans un peuple sans repère.

C'est ainsi que naquît l'idée d'une "noblesse démocratique", d'une "légion" qui devait, selon Bonaparte, inspirer l'exemple.

La grande fumisterie allemande des centrales électriques à hydrogène

 Par Michel Gay

L’Allemagne annonce la construction de presque 24 gigawatts (GW) de centrales « à hydrogène » qu’elle veut faire subventionner par l’Union européenne (UE). En réalité, ces centrales fonctionneront principalement au gaz « de schiste » importé des Etats-Unis, puis ensuite au gaz « naturel » de Russie (c’est toujours du méthane) quand les relations politiques avec l’Europe seront meilleures dans quelques années.

L’Allemagne gruge les Européens

Le ministre de l’Énergie et la Protection du Climat, Robert Habeck a annoncé 1er août 2023 qu’un accord de principe a été trouvé avec la Commission européenne sur les conditions-cadres relatives aux aides d’État (subventions) pour la construction de 23,8 GW de futures centrales électriques à hydrogène qualifiées de « climatiquement neutre »...

Comme il est impossible que les quantités d'électricité nécessaires à la production d'hydrogène et de « e-carburant ou e-fuel » (carburant de synthèse avec de l’hydrogène et du CO2) à partir des énergies renouvelables soient disponibles, nos « partenaires » allemands useront de leur position dominante dans l’Union européenne pour déclarer qu'à l'impossible nul n'est tenu afin de justifier cette nouvelle arnaque.

Électricité : Français, dormez tranquille, l’impéritie du gouvernement vous ruine !

Par Michel Gay

Après la hausse de 15% en février 2023, le prix de l’électricité augmente de 10% au 01 août 2023.

En 2023, le tarif réglementé de vente, et toutes les offres qui y sont indexées, auront donc augmenté non pas de 25%, mais de 26,5% ! Et ce n’est pas fini !

Cette hausse est due principalement à l’incompétence de nos responsables politiques qui ont mené une politique énergétique insensée fondée sur les énergies renouvelables et qui ont tergiversé pendant 20 ans sur le nucléaire. Ils ont même fermé 2 réacteurs nucléaires en parfait état de fonctionnement à Fessenheim en 2020.

Et l’alibi du conflit en Ukraine se révèle bien pratique !

Jusqu’où la facture ne montera-t-elle pas (comme l’écureuil) ?

Par idéologie et intérêts financiers favorables surtout à l’Allemagne, la Commission européenne impose à la France, depuis plus de 20 ans, une politique énergétique allemande suicidaire fondée sur des énergies renouvelables éoliennes et solaires. En acceptant passivement cette politique par incompétence de ses responsables politiques, la France se tire une balle dans le pied.

Europe de l’énergie : la trahison de l’Allemagne

Par Michel Gay

L’Allemagne trahit les principes européens d’entraide, notamment en finançant des fondations pour saboter méthodiquement l’industrie nucléaire en France.

L’Allemagne veut affaiblir la France

L’Allemagne veut affaiblir l’industrie de la France qui lui fait concurrence, notamment grâce à la production d’électricité nucléaire bon marché d’EDF.

Le gaz fossile représente toujours 27 % de la consommation d'énergie allemande en 2021, dont la moitié (55 %) de l'approvisionnement provenait de Russie. Et l’Allemagne continue à investir massivement dans les centrales électriques au gaz et à développer ses capacités d’importation de méthane.

Elle exploite la transition énergétique comme un outil politique, industriel et commercial. Elle souhaite toujours devenir le hub gazier indispensable de l’Europe, et renforcer ainsi son rôle de poumon économique de l’Union européenne.

L’avion vert restera longtemps une chimère

Par Michel Gay

L’avion vert revient à la mode au dernier Salon du Bourget comme une des voies prometteuses pour « sauver la planète ». Beaucoup en rêvent, mais bien peu connaissent vraiment le sujet quand il s’agit de placer des chiffres en face des mots, souvent creux et ronflants.

« Yaka, faut qu’on !» et l’intendance suivra... Ce n’est hélas pas si simple !

L’avion vert

L’avion devient vert si son carburant est vert. C’est-à-dire si ce dernier est décarboné : il ne doit pas provenir d’énergies fossiles (pétrole, gaz ou charbon).

Une réponse de la Commission européenne à mon courrier !

J'ai été agréablement surpris de recevoir par courrier postal (voir scan en PJ) une réponse de la Commission européenne (Direction générale de l'énergie) à laquelle je ne m'attendais plus, près de 3 mois après l'envoi de ma lettre adressée à Madame Ursula Von der Leyen, Présidente de la Commission européenne.

J'avais adressé mon courrier en français et en anglais (voir les 2 PJ) par email le 28 mars 2023

L’hydrogène vert embarrasse l’Allemagne cernée par le nucléaire

Par Michel Gay

La France demande que l’hydrogène fabriqué par électrolyse avec de l’électricité nucléaire soit qualifié de vert, mais l’Allemagne refuse… pour mieux vendre sa transition énergétique fondée sur le gaz russe et des énergies intermittentes.

La France veut des garanties

L’approbation de la directive sur les renouvelables (RED3) par les États membres de l’Union européenne (UE) qui devait avoir lieu le 17 mai a été reportée car la France souhaite des « garanties » supplémentaires concernant l’hydrogène issu du nucléaire.

La France, soutenue par une quinzaine de pays de l’UE, veut faire reconnaître que l’hydrogène « bas carbone » produit à partir de l’énergie nucléaire participe aux objectifs de l’Union européenne (UE) en matière d’énergies renouvelables.

Macron à la croisée des chemins énergétiques

Par Michel Gay

Entre son sommet à l’Elysée réunissant 400 industriels le 11 mai 2023 et sa visite à l’usine d’aluminium de Dunkerque le 12 mai, le Président Emmanuel Macron a soudain vu la lumière à la croisée des chemins énergétiques entre nucléaire, hydrogène, énergies renouvelables et industrialisation.

Quelles sont les priorités ?

La sobriété, la pénurie ou le rationnement énergétique ne sont pas une fatalité. Ces nouveaux mantras servent de paravent à une politique énergétique indigente depuis plus de 20 ans.

En misant sur la relance du nucléaire (ce qui aurait dû être fait depuis 20 ans) et l’exploitation intelligente des énergies fossiles, il est possible de répondre à tous les besoins industriels de la France. Notre pays s’appuie depuis un siècle sur la disponibilité d’une énergie abondante, bon marché et souveraine (le charbon, l’hydraulique, puis le nucléaire et le gaz).

  1. Procrastination énergétique
  2. L’Allemagne ferme ses 3 derniers réacteurs nucléaires : vive le charbon et le gaz
  3. Bonne nouvelle : le nucléaire est compatible avec le réchauffement climatique
  4. L’urgence du nucléaire durable !
  5. Lettre à la Présidente de la Commission européenne
  6. Électricité : vous avez dit « souveraineté nationale » ?
  7. L’absurdité cachée du décret en préparation sur les diagnostics de performances énergétiques (DPE)
  8. L’e-carburant : c’est (presque) nouveau, mais c’est idiot ! Où est la cohérence énergétique ?
  9. La culture scientifique existe-t-elle ?
  10. Nucléaire : de 220.000 vers 300.000 emplois
  11. Energie : une danseuse étoile au bal des faux-culs
  12. Que cache le vote du Sénat en faveur des énergies renouvelables ?
  13. Questions Réponses de Breizh Info
  14. Les écologistes préfèrent-ils les éoliennes en mer aux baleines
  15. Nucléaire et transition énergétique : 7 clés pour comprendre une puissante énergie économique
  16. Nucléaire : le pilier du nouveau monde électrique
  17. Et Dieu créa la Montbéliarde…
  18. La solde est le prix du sang
  19. Nucléaire : la relance ? En avant l’équipe de France !
  20. Fusion nucléaire pour produire de l’électricité : mythe ou réalité ?
  21. L’audition édifiante de l’ancien Président d’EDF Henri Proglio (de 2009 à 2014)
  22. Audition détonante de l’ancien Haut-commissaire à l’énergie atomique Yves Bréchet
  23. Incurie énergétique : William-Saurin délocalise
  24. Les pays pronucléaires doivent-ils payer pour les pays antinucléaires
  25. Décarbonation : la France en avance ou en retard ?
  26. Energie : s’appuyer sur les fautes du passé pour construire l’avenir
  27. Nucléaire : à l’origine était Superphénix… puis vint le déclin avec Jospin
  28. Comment fabriquer un monde de cauchemar avec les ingrédients d’un monde ordinaire
  29. Vive le nucléaire américain ?
  30. Lithium pour les batteries : le nouvel or blanc ?
  31. Qu’a dit Macron sur le nucléaire depuis 4 ans ?
  32. Prix des carburants à la hausse, passer à l’électrique ?
  33. L’énergie, notamment l’électricité, est vitale !
  34. Nucléaire durable : le temps des surgénérateurs est venu
  35. Energies : ils ont tout faux, mais ils persistent !
  36. Electricité : attention à ne pas ajouter des œufs pourris dans les paniers
  37. Allemagne : le passager clandestin de l’électricité
  38. Nucléaire : machine arrière toute !
  39. La fausse solution hydrogène
  40. L’enfumage des 48.000 morts prématurées dues à la pollution de l’air
  41. Quand le rationnement devient vertueux...
  42. Voilà pourquoi le « jour de dépassement » de la Terre est une théorie mensongère
  43. 500 millions d’amende pour les Français ? Ils sont fous ces Européens
  44. L’idéologie écologiste face aux réalités
  45. La transition énergétique vers l’électricité décarbonée sera longue et rude
  46. Energie : l’Europe se saborde et court à la catastrophe (Troisième partie)
  47. Energie : l’Europe se saborde et court à la catastrophe (Deuxième partie)
  48. Energie : l’Europe se saborde et court à la catastrophe
  49. Pourquoi l’Europe a-t-elle tant négligé le nucléaire ?
  50. 100 villes neutres en carbone d’ici 2030 : « yaka fokon » et les braves citoyens paieront !
  51. Ça gaz toujours pour la propagande du vent
  52. Déchets nucléaires : c’est résolu !
  53. Macron et nucléaire : visionnaire pragmatique ou cynique opportuniste ?
  54. Quand le nucléaire chinois dominera le monde… demain matin
  55. Bruxelles accorde enfin un « label vert » au nucléaire
  56. Les antinucléaires s’agitent à Bruxelles
  57. Energie : demandez le programme !
  58. Nucléaire, incompétence, et pouvoir
  59. La France ne doit pas lâcher la proie nucléaire pour l’ombre du gaz russe
  60. La Commission européenne veut saborder discrètement le nucléaire
  61. L’Europe se suicide au gaz
  62. Noël : les Verts voient rouge et broient du noir
  63. Au diable les « EnRI » !
  64. Le plus grand parc éolien en mer du monde ne sera pas rentable
  65. Le prince charmant macron réveille la princesse hydrogène
  66. Le démantèlement des réacteurs nucléaires français : facile et pas cher
  67. Le chantage au gaz commence en Europe
  68. Electricité : acheter du nucléaire chinois ou du gaz russe ?
  69. Nouveau nucléaire : trop tard pour le climat ?
  70. Nucléaire : le PR, l’EPR, et les SMR…
  71. Le gaz flambe : faudra-t-il brûler le drapeau européen pour se chauffer ?
  72. La tyrannie de l’écologie sur le bûcher des réalités
  73. La fin du « greenwashing » des électrons nucléaires ?
  74. Déchets (nucléaires ou non) : vivons-nous dangereusement ?
  75. Présidentielle : la surenchère verte accélère
  76. Un professeur au pilori pour déviance écologique
  77. Coup de chaud sur les tarifs d’électricité
  78. Lettre contribution à RTE sur les scénarios 2050
  79. Pourquoi faudrait-il démanteler EDF ?
  80. Thorium ! Thorium ! Une illusion entretenue
  81. Electricité : gesticuler n’inversera pas le sens du courant
  82. L’élection présidentielle risque d’accélérer le désastre énergétique en cours
  83. Auvergne-Rhône-Alpes : le « poumon vert » de l’Europe
  84. Fuite de l’EPR de Taïshan : une manipulation médiatique des Etats-Unis ?
  85. J’irai cracher sur vos renouvelables !
  86. Energie : l’Allemagne attaque la France et menace l’Union européenne !
  87. A quand le « black-out » européen ?
  88. Qui l’eut cru ? Barbara Pompili soutient le nucléaire !
  89. Éoliennes : du rêve aux réalités !
  90. Pourquoi faut-il soutenir le nucléaire ?
  91. Electricité et biocarburant dans les véhicules en France
  92. Transition énergétique : l’Allemagne s’inquiète...enfin
  93. Électricité : moins de nucléaire, plus 43% de CO2/kWh : beau travail
  94. Hydrogène bas carbone : 7 milliards pour réinventer l’eau chaude
  95. Et si le nouveau plan Hercule était un bon projet pour EDF et la France
  96. L’hydrogène : la triple peine pour le consommateur
  97. Tsunami et clapotis : le Japon va rejeter en mer « l'eau de Fukushima »
  98. Du combustible nucléaire usé pour se chauffer : pourquoi pas
  99. La France verte est-elle compétitive ?
  100. Nucléaire : cambre-toi, fier Sicambre
  101. Les experts de la Commission européenne concluent que le nucléaire n’est pas dommageable pour la santé
  102. Technical assessment of nuclear energy
  103. Nucléaire et « taxonomie » : Macron écrit à l’UE
  104. Neutralité carbone en 2050 pour l’Europe : électricité et gaz à tous les étages
  105. Le nucléaire est le meilleur pour le climat : seulement 6 gCO2/kWh !
  106. Le « coming out » nucléaire de François de Rugy
  107. RTE : entre analyse sérieuse et hypothèses loufoques
  108. Parc éolien en mer de Courseulles-sur-mer
  109. Hainan : la première île écolo-nucléaire ?
  110. Vent et soleil en panne : les Français doivent se rationner
  111. Décarboner et relocaliser l’industrie grâce au nucléaire
  112. Energie, incompétence et pouvoir
  113. Electricité : attention à ne pas ajouter des œufs pourris dans les paniers
  114. Les vautours du commerce de l’écologie
  115. Electricité : la trahison des élites
  116. Macron pour le nucléaire et « en même temps » pour les énergies renouvelables
  117. Nucléaire : la « vox populi » est sollicitée
  118. Electricité : la chute de l’équilibriste va-t-elle entraîner celle de la France ?
  119. L’agroécologie est-elle l’avenir de l’agriculture ?
  120. Les énergies renouvelables sont toxiques pour l’éternité
  121. Train hydrogène : de qui se moque la SNCF ?
  122. Electricité : la France rallume le charbon !
  123. Hydrogène : j’y ai cru !
  124. Quand l’écologie vire au terrorisme
  125. Hydrogène vert : un jeu de dupes
  126. L’Europe du gaz, emmenée par les Allemands, aiguise les appétits de la Russie et… des Etats-Unis
  127. Le marché de l’électricité est devenu fou
  128. Eolien et photovoltaïque aux abonnés absents
  129. Un trésor caché à (re)découvrir en France : la STEP
  130. Californie : pas de vent, pas de soleil, pas d’électricité
  131. Un cocorico nucléaire ne fait pas de mal
  132. La schizophrénie des antinucléaires
  133. Interdire la pub pour les énergies fossiles ? Oui,… mais non !
  134. Avec son Pacte vert l’UE ne respecte pas ses propres traités
  135. Hydrogène : le meilleur allié du nucléaire
  136. L’électricité noire allemande tue 200.000 personnes par an
  137. Déchets nucléaires : 3 bonnes nouvelles méconnues
  138. L’Allemagne sombre dans l’hydrogène Et Macron applaudit
  139. Quand la Chine dominera le monde
  140. Des noix de coco pour faire rouler les bus
  141. Fessenheim : faut-il encore brûler des sorcières ?
  142. Le gouvernement infantilise sa communication
  143. Le charbon caché de l’Union européenne
  144. Le sabordage du nucléaire fragilise la France
  145. Le nucléaire sud-coréen à la conquête du monde
  146. Eolien en mer : 192 €/MWh… Arrêtez tout !
  147. Parlez-vous la Novlangue des énergies renouvelables ?
  148. Voiture électrique : enfin bientôt plus d’autonomie pour pas cher
  149. Macron veut relancer l’industrie : mais avec quoi ?
  150. Résoudre la crise ? Il faut détruire Carthage !
  151. Le commerce honteux des indulgences renouvelables
  152. La kleptocratie de la transition énergétique par les énergies renouvelables
  153. Le COVID-19 rapproche l’Europe du « Black-out »
  154. La reprise après la crise : verte et ruineuse ? « Greenbusiness as usual »
  155. Hydrogène : des élus cyniques réinventent Grand-Guignol
  156. Le dragon nucléaire chinois prêt pour le grand bond en avant
  157. Le nucléaire français menacé par l’Europe
  158. NUWARD, un petit nouveau dans le nucléaire
  159. Nucléaire et CO2 : entretenir des illusions pour masquer la réalité
  160. Plainte de l'AEPN contre la fermeture de Fessenheim
  161. Eolien : foisonnement et stockage ne remplaceront jamais le pilotable
  162. Le nucléaire est un devoir moral
  163. Affichage vert : le grand bluff « écolo »
  164. Electricité : encore 2,4% ! La hausse de trop ?
  165. Le nucléaire français sauvé par la Chine ?
  166. Non à la ruineuse programmation sur l’énergie du gouvernement
  167. Fermeture de Fessenheim le 22 février : Macron sacrifie Iphigénie
  168. La Castafiore du Poitou chante encore et toujours au frais du contribuable
  169. Eolien en mer : erreurs du « maître » gouvernemental ou… mensonges ?
  170. L’hydrogène, l’éternelle illusion
  171. La tyrannie verte des oracles
  172. Vert comme les affaires
  173. Electricité : noir c'est noir !
  174. Macron cherche un créneau entre Greta et Donald (Trump)
  175. Un projet de loi anti-gaspillage : pour le nucléaire aussi ?
  176. Un conte de Noël : 100% renouvelables pour les JO 2024
  177. Europe verte : 1000 milliards pour les copains ?
  178. Le Parlement européen soutient le nucléaire pour le climat
  179. Energie : la France pourrit par la tête (comme les poissons)
  180. Energiewende en Allemagne : le désastre constaté va s’amplifier
  181. Transformer le CO2 en carburant, encore une idée lumineuse et ruineuse
  182. L’électricité verte est opaque
  183. Légion d’honneur : quand la « masse de granit » s’effrite
  184. Nouveau nucléaire français : le véritable futur coût de production
  185. Le véritable coût de production de l’actuel parc nucléaire français
  186. Défense du climat : tu seras un homme éco-responsable, mon fils
  187. Une économie verte, solidaire, respectueuse est possible
  188. Energies renouvelables : un trou noir pour l’économie
  189. Le nucléaire progresse dans le monde… et dans l’espace
  190. Le danger de l'écologie politique pour la liberté
  191. Energie : la France bavarde, ivre de son génie
  192. L’Etat verra-t-il les bénéfices cachés du nouveau nucléaire français ?
  193. L’électricité au royaume du roi Lion
  194. Voilà pourquoi le « jour de dépassement » de la Terre est une théorie mensongère
  195. Route solaire : le désastre annoncé est consommé
  196. Le massacre du bétail des Xhosas a-t-il un lien avec la transition écologique ?
  197. Petit conte estival pour ministres et industriels
  198. Climat, justice et politique : si on ne peut même plus promettre n’importe quoi tranquillement
  199. L’écotaxe plane sur les avions pour restreindre les déplacements
  200. Transmutation nucléaire : pourquoi pas, mais pourquoi faire ?
  201. EDF devient schizophrène… mais se soigne
  202. Brune Poirson nage en eaux troubles
  203. Pétrole : l’Europe bientôt en concurrence avec la Chine ?
  204. Les difficultés de l'EPR en France réjouissent l’Allemagne
  205. Projets d'éoliennes flottantes en mer
  206. Biomasse vers hydrogène : solution ou impasse ?
  207. Comment faire disparaître le périphérique parisien ?
  208. Voilà pourquoi votre facture d'électricité augmente !
  209. à Henri Weill, rédacteur en chef du magazine des membres de la Légion d'honneur la Cohorte
  210. Réacteur nucléaire EPR : et de deux !
  211. Vous avez rêvé de soleil et de vent, eh bien dansez maintenant !
  212. L’incohérence du projet de loi énergie – climat
  213. Transition énergétique : mieux qu’un discours ou un sondage, une élection…
  214. Duel Lithium contre Hydrogène : un mort
  215. Lettre au Député Julien Aubert
  216. Le règne des illusionnistes au ministère de l’écologie
  217. Nucléaire : pourquoi vouloir tuer la poule aux œufs d'or ?
  218. Transition énergétique : et le grand gagnant est… le gaz !
  219. CIGEO : la meilleure solution
  220. Le Père Noël est-il une « fake news » ?
  221. L'électricité vient de la prise…
  222. La taxe carbone à la française
  223. Climat : des météorites pour la planète
  224. Electricité : le Candide et le Spécialiste
  225. Il faut sauver le soldat Greta
  226. Les énergies renouvelables : à quoi ça sert ?
  227. Le gazole est un produit naturellement fatal
  228. Haro sur le diesel ? Quelle drôle d’idée !
  229. Augmenter la part du nucléaire vers 50% ?
  230. Fukushima : réalité et désinformation
  231. Energie : non à la dictature écologiste
  232. L'énergie non consommée est-elle la meilleure ?
  233. Nucléaire : 10 bonnes nouvelles "oubliées" par les grands médias
  234. Magie du vent et du soleil : l'électricité gratuite pour le personnel d’EDF
  235. Macron et nucléaire : à tort et à raison
  236. Transition énergétique : la ruineuse quête moyenâgeuse du Graal
  237. Le kilo ne sera plus ce qu'il était
  238. Energie nucléaire : le triple don de Dieu
  239. La transition énergétique actuelle va ruiner les Français
  240. Il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse : Chiche, Monsieur le Président !
  241. Bill Gates parie sur le nucléaire
  242. Il y a pléthore de gaz et de pétrole ! Vous êtes au courant ?
  243. L’écologie politique fait pschitt
  244. L'imposture de l’éolien et du photovoltaïque
  245. Hourra ! L'ADEME promet 60% d’énergies renouvelables en 2060
  246. Monsieur le Président, un « citoyen nécessaire » vous pose une question de confiance
  247. Donnez-nous la parole !!
  248. Transition énergétique : la chèvre jaune et le chou vert
  249. Le grand mensonge de la Transition énergétique
  250. Energies renouvelables, propres ou… vertes ?
  251. La grande illusion de la transition écologique coûte (déjà) 50 milliards par an
  252. Eolien en mer : Macron a menti
  253. Y a t-il collusion entre Greenpeace et l'entreprise russe Gazprom ?
  254. Les dessous peu ragoutants de la transition énergétique : jaune devant, Macron derrière
  255. Pollution de l’air en France : 48 000 ou… 11 morts par an
  256. Renversant : les électeurs plébiscitent l'énergie nucléaire
  257. Energie et taxes : Macron marche sur la tête
  258. Le cœur du peuple interpelle la tête de la France
  259. L’écologie chinoise écrasera l’occident
  260. Première nucléaire en chine : le silence assourdissant des médias
  261. Prix des carburants à la hausse, passer à l’électrique ? Oui, mais il y a au moins trois « hics »
  262. Energies renouvelables : le chant des si… règne
  263. Madame Royal accuse et oublie son passé calamiteux de Ministre
  264. Le mirage ruineux du stockage massif d'électricité
  265. Electricité : 10 associations professionnelles européennes tirent la sonnette d’alarme
  266. Le GIEC persiste et signe : le nucléaire est l’avenir de l’humanité
  267. L’énergie de la houle. Une vague idée qui prend l’eau
  268. Energie : les termes "vert", "écologique" et" renouvelable" sont-ils interchangeables ?
  269. Macron champion "de la terre et du climat" : Wouahou !
  270. L'écologie rend fou !
  271. Quel serait le coût d’un « blackout » dans l’Union européenne ?
  272. Les centrales nucléaires américaines prolongées jusqu'à… 80 ans ?
  273. Tous unis pour sauver la planète
  274. Débat public sur l'énergie : le bal des dupes et des hypocrites
  275. Le Japon sur le chemin de l’hydrogène et… du nucléaire
  276. Le lobby le plus puissant dans les médias est écologiste !
  277. Electricité : 15 pays moins chers qu’en France ? De quoi parle-t-on ?
  278. Le mythe du foisonnement éolien en Europe
  279. Le stockage d'énergie "en béton" : une utopie de plus
  280. Les délires de nos « écolos» : ça ne s’arrange pas !
  281. Production électrique : tous les œufs seraient dans le même panier ?
  282. Le seuil de 50% d'électricité nucléaire est sans fondement
  283. Le mythe du stockage par hydrogène
  284. Fessenheim : c'est Iphigénie qu'on sacrifie
  285. La transition électrique va coûter cher aux Français
  286. Le gaz augmente de 7,45 % au 1er juillet : vive la transition énergétique
  287. Les Verts ne sont plus anti-nucléaires en Finlande
  288. Si l'énergie nucléaire est si sûre, pourquoi en avons-nous si peur ?
  289. Energie : la guerre asymétrique entre le dogme et la raison
  290. Energie : le suicide collectif européen
  291. Le fiasco de l'Europe électrique
  292. L’hydrogène, cet hallucinogène
  293. L'impasse de la transition énergétique européenne
  294. Nicolas Hulot : sous l'écologiste, le dictateur
  295. Soutien aux énergies renouvelables : la Cour des comptes montre que c'est le bazar
  296. Les racines de la colère des géraniums
  297. Oui, le solaire et le vent augmentent vraiment les prix de l'électricité
  298. Le cancer de l'éolien et du photovoltaïque
  299. Si le solaire et le vent sont si bon marché, pourquoi rendent-ils l'électricité si chère?
  300. Les magiciens de l’éolien

Articles récents