Petit conte estival pour ministres et industriels

 Par Michel Gay et Jean-Louis Bobin

MINISTRE

Monsieur le Conseiller, en ces temps incertains

Le peuple endoctriné craint fort les lendemains.

La presse fait état de vendanges précoces

Quand l’hiver est plus doux, la sécheresse atroce

Et que les ouragans se succèdent à l’envi

Pour au long de leur cours, détruire ce qui vit.

Et cet été : des canicules qui s’emballent !

Comme tout un chacun je n’y comprends que dalle.

Pourtant les citoyens veulent de nous des gages.

Il faut les écouter. Que disent les sondages ?

 

CONSEILLER

Monsieur le Ministre, ils sont fort éloquents.

Le peuple veut du vert et sera mécontent

Si le gouvernement n’accède à son désir.

 

MINISTRE

Et pour son énergie que voudrait-il choisir ?

 

CONSEILLER

C’est le système P qui remporte la palme.

 

MINISTRE

L’installer maintenant garantirait le calme ?

Qu’est-ce donc que cela ?                

 

CONSEILLER

Un procédé nouveau

Qui combine le vent, le soleil et puis l’eau.

La presse en fait grand cas, et les écologistes,

Comme à leur habitude, en rajoutent et insistent.

 

MINISTRE

Si la majorité veut le système P

Nous devons sans tarder nous mettre à l’exploiter.

Qu’importe de savoir si c’est rentable ou non,

Tout ignorant qu’il soit, l’électeur a raison.

 

CONSEILLER

Une question me vient : avons-nous les crédits ?

 

MINISTRE

En aucune façon, mais l’intendance suit

Toujours. Bercy saura le tour de passe-passe

Qu’il faut élaborer pour qu’enfin il se fasse

Ce que le peuple a dit et partout s’il le faut.

Que cela coute cher est le moindre des maux

Si les prélèvements se font dans la douceur,

Imperceptiblement via le nouveau compteur.         

 

CONSEILLER

Il faudrait une loi.                             

 

MINISTRE

Un décret suffira

Pour lancer un projet qu’en très grand tralala

Nous inaugurerons. Je prends sur mon budget

Quelques millions d’euros sacrifiés sans regret.

Faites-vous donc inviter par tel INDUSTRIEL.

Il sait mieux que personne tout transformer en miel.

 

CONSEILLER (à INDUSTRIEL)

Monsieur le Ministre a des vues d’avenir.

Il veut en effet que l’on puisse fournir

A tous les habitants de notre douce France

Une électricité sans la moindre nuisance.

Or le système P a capté son regard…

 

INDUSTRIEL

Donc il voudrait bien en avoir un sans retard.

 

CONSEILLER

Vous avez tout compris. Une élection approche.

Un système en action tournant sans anicroche

Ferait sur les votants le plus puissant effet.

 

INDUSTRIEL

Je n’en disconviens pas et vois notre brevet

Enfin valorisé à sa juste mesure.

Nous vous garantissons l’énergie la plus sure

Et la plus propre aussi.                                  

 

CONSEILLER

Sans rejets ? Sans appel

A des métaux qu’on trouve à l’état naturel

En quantités infimes en des lieux éloignés ?

 

INDUSTRIEL

On en use si peu. Nos projets sont soignés :

Voyez sur ces clichés les justes proportions

Que le dessin confère à nos installations.

 

CONSEILLER

Vous m’avez convaincu. J’ai besoin d’un dossier

Un peu plus étoffé que vos récents papiers.

Avec un chiffrement qui ne soit à la louche,

Un avis bienveillant sortira de ma bouche.

 

INDUSTRIEL

Cher Monsieur, c’est plié. Arrosés par nos soins,

La presse et les médias renforçant le tintouin

Des écolos-bobos ont convaincu les foules.

Notre système P, une affaire qui roule,

 

CONSEILLER

Vous savez comme moi que ce projet fumeux

Fit l’objet en son temps de rapports scrupuleux.

De savantes études ont apporté la preuve

Que jamais ces objets ne passeront l’épreuve

De la profitabilité.                             

 

INDUSTRIEL

Dans l’absolu

C’est vrai. Mais le monde réel est farfelu.

Rien n’obéit aux lois d’une logique saine.

Dans un cadre idéal, l’idée en serait vaine,

Mais l’Etat tout puissant a suivi nos conseils,

Aussi peu performants que soient nos appareils.

Nous allons nous servir de leur état d’esprit

Pour gagner le marché et faire de gros profits.

 

CONSEILLER

Pourrez-vous prospérer sans quelques tricheries ?

 

INDUSTRIEL

Il n’est dans cette affaire aucune rouerie.

L’Etat est avec nous. C’est le prix du courant

Acquis par les Français qui fera le montant

De notre bénéfice. Il reste à calculer

Ce qu’il doit être en gros, mais sans outrepasser

La limite qu’impose une sage décence.

Tout cela sera fait, et avec diligence.

Recherche sur le site

Articles récents

© 2016 - 2019 - Vive le Nucléaire Heureux. Conception - Réalisation : Studio Coléo