Éolien en mer : 192 €/MWh… Arrêtez tout !

Par Michel Gay

Par une formulation alambiquée, l’arrêté du 9 avril 2020 fixe à 192 euros (!) par mégawattheure (€/MWh) le tarif d'achat de « l'électricité produite par les installations flottantes utilisant l'énergie mécanique du vent en mer » (dites aussi « éoliennes off-shore »).

(Voir le complément technique en fin d’article pour le calcul de ce prix d’achat de 192 €)

Or, le marché achète et vend l’électricité autour de 40 €/MWh, et même souvent beaucoup moins ces derniers temps.

Devinette : qui va payer la différence ?... Les clients et les contribuables bien sûr !

Car, il faut le rappeler, la  production d’électricité de ces éoliennes en mer sera obligatoirement achetée à ce prix faramineux puisque la loi l’exige !

Au total, ces subventions abusives aux énergies intermittentes représentent 7 milliards d’euros par an en France à travers diverses taxes. Cette somme équivaut à la construction d’un réacteur EPR de série de 1600 MW (pilotable, lui !),  tous les ans… ou à d’autres investissements plus urgents en France ces derniers temps.

Ces énergies sont dites renouvelables mais elles ne le sont pas : leurs matériaux sont essentiellement importées de Chine en produisant beaucoup de déchets toxiques.

Le gouvernement complice de cette gabegie vient d’adopter en catimini le 21 avril 2020 la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui fait la part belle… aux éoliennes à terre et en mer malgré une consultation citoyenne majoritairement opposée à ce développement !

 

Jusqu’à quand va durer cette scandaleuse dilapidation d’argent public au profit des copains et des coquins qui s’enrichissent honteusement au vu et au sus de tous, sur le dos des Français ?

Complément technique

Pour éviter de chercher la manière toute technique et administrative de calculer dans l’annexe 1 de ce décret alambiqué, il en résulte que :

0,8 x 240 = 192 Euros par MWh garantis…

Extrait de l’annexe 1 du décret du 9 avril 2020

CONDITIONS D'ACHAT

On note Eelec, les volumes d'électricité affectée par le gestionnaire de réseau, le cas échéant via une formule de calcul de pertes ou une convention de décompte, au périmètre d'équilibre désigné par le producteur pour la production de son installation. Ces volumes sont nets des consommations des auxiliaires nécessaires au fonctionnement de l'installation.

Le tarif d'achat applicable à Eelec est égal à T, défini ci-dessous :

T = L. TDCC

Formule dans laquelle L est un coefficient d'indexation du niveau de tarif de référence T au cours du contrat. Cette indexation s'effectue annuellement au premier janvier. Le coefficient d'indexation L est défini de la façon suivante :

L = 0,5 +0,3

Formule dans laquelle :

(i) ICHTrev-TS1 est la dernière valeur définitive connue au premier janvier de chaque année de l'indice du coût horaire du travail révisé (tous salariés) dans les industries mécaniques et électriques ;

(ii) FM0ABE0000 est la dernière valeur définitive connue au premier janvier de chaque année de l'indice des prix à la production de l'industrie française pour le marché français pour l'ensemble de l'industrie ;

(iii) ICHTrev-TS10 et FM0ABE00000 sont les dernières valeurs définitives des indices ICHTrev-TS1 et FM0ABE0000 connues à la date de prise d'effet du contrat d'achat.

B. - TDCC est le niveau de tarif de base dont la valeur est fixe et égale à 240 €/MWh.

 

Recherche sur le site

Articles récents

23 décembre 2019
© 2016 - 2020 - Vive le Nucléaire Heureux. Conception - Réalisation : Studio Coléo