L’Allemagne sombre dans l’hydrogène et Macron applaudit…

Par Michel Gay

L’Allemagne a fait le choix d’investir dans l’hydrogène (H2) à grands coups de milliards d’euros pour en faire un « carburant du futur » neutre en émissions de gaz à effet de serre afin de remplacer les produits pétroliers, notamment dans le secteur du transport. Ce qui est une aberration, même si la production de l’hydrogène « vert » par électrolyse de l’eau ne pose en elle-même aucun problème.

Et le Président français Emmanuel Macron (qui veut réindustrialiser la France) applaudit à cette folle orientation qui est une impasse économique et technique pour la société. Elle enrichira assurément toute une cohorte de promoteurs à coups de subventions juteuses accordées par Bruxelles.

Une production renouvelable problématique

L’Allemagne est confrontée à la difficile gestion de son réseau électrique à cause de sa production erratique et intermittente d’électricité d’origine renouvelable soutenue par 25 milliards d’euros annuels injectés dans l’éolien et le solaire photovoltaïque fabriqué en Chine.

Les Allemands espèrent réguler leurs productions fatales d’électricité en transformant en H2 par électrolyse de l’eau leurs surplus indésirables d’électricité pour les stocker, ou pour les injecter dans les réseaux de gaz de ville.

Des piles à combustible peuvent restituer environ un quart de l’électricité stockée à un coût prohibitif en cas de pénurie les nuits sans vent.

C’est la notion de « Power to Gas (P2G) » (de l’électricité vers le gaz) et de « Power to Power (P2P) » (de l’électricité vers… l’électricité).

Une autre possibilité de stockage de l’énergie consiste à combiner l’hydrogène avec du dioxyde de carbone (CO2) afin de produire du méthane ou du méthanol. Mais ce procédé est encore plus cher et requiert beaucoup d’énergie (produit où et par quoi ?).

Selon le rapport demandé en septembre 2015 par Emmanuel Macron lorsqu’il était ministre de l’économie, le coût du méthane produit par cette synthèse serait près de trois fois plus élevé́ que le prix de gros du gaz naturel.

Il faut beaucoup de foi (ou de mauvaise foi…) pour espérer produire des quantités massives de méthane ou de méthanol à partir d’hydrogène issu de l’électrolyse de l’eau grâce aux seules énergies éoliennes et solaires.

L’illusion de l’hydrogène « mirifique » est entretenue par au moins trois arguments « plaisants » astucieusement distillés aux grands médias dénués de culture scientifique qui les relaient sans les comprendre, et aux responsables politiques trop heureux de promettre des lendemains qui chantent à leurs électeurs.

  • Le premier argument séduisant consiste à déclarer que la combustion de l’hydrogène dans les transports ne produit que de l’eau (ce qui est vrai).
  • Le second argument impressionnant souligne qu’avec un kilogramme d’H2 (et une pile à combustible), une voiture moyenne peut parcourir 100 km (ce qui est vrai aussi).

Mais peu soulignent qu’un kg d’H2 représente un volume de 11.000 litres (11 mètres cubes) à la pression atmosphérique et à température ambiante (15° C), 16 litres sous forme liquide à – 253°C et 25 litres compressés à 700 fois la pression atmosphérique (700 bars).

Quelques constructeurs ont commencé à fabriquer des véhicules électriques à pile à combustible à hydrogène, mais leur coût élevé limite leur diffusion et conduit dans une impasse.

L’avenir de la production automobile ne dépend pas de niches pour riches et sera encore longtemps ancrée dans les produits pétroliers. Le développement significatif des véhicules à hydrogène vraiment « vert » n’aura jamais lieu, sauf peut-être, dans un avenir lointain, à partir de l’énergie nucléaire capable de produire l’électricité nécessaire à la demande en grande quantité.

  • Le troisième argument « massue » déclare que l’électricité fatale en surplus issue des éoliennes et autres panneaux photovoltaïques, est gratuite, voire même à prix « négatif » (ce qui est vrai aussi… mais pas pour tout le monde).

En effet, dans ce dernier cas, les producteurs éoliens et solaires sont toujours payés grâce aux subventions et aux taxes sur l’énergie (électricité, carburants,…) prélevées dans la poche des consommateurs.

Une étude pour le Premier Ministre indique que « les éléments technico-économiques disponibles […] de production solaire avec stockage à l’aide d’hydrogène révèlent des coûts de production extraordinairement élevés, même pour une expérimentation.

Au total, le stockage d'électricité via l’hydrogène apparaît aujourd’hui hors de toute rentabilité. »

Et France Stratégie, une institution rattachée au Premier ministre, estime qu’ « en raison de son coût, le stockage énergétique via l’hydrogène dans le réseau de gaz n’apparaît pas pertinent à un horizon prévisible ».

La production d’hydrogène

Ni les médias, ni le grand public, ni les responsables politiques, ne se demandent comment est produit ce gaz H2, ni à quel coût, ni d’où vient l’énergie pour le fabriquer, le compresser, le liquéfier, ni comment l’utiliser. 

L’hydrogène n’est pas une source d’énergie mais juste un « transporteur d’énergie » (vecteur) qui doit d’abord être produit à partir d’autres énergies. Il n’existe presque pas dans la nature « à l’état libre », même si c’est le principal composant dans l’Univers et sur Terre où les atomes d’hydrogène y sont combinés à l’eau et aux hydrocarbures.

Aujourd’hui, seulement 4 % de toute la production mondiale d’hydrogène provient de l’électrolyse mais… en tant que sous-produit de la préparation électrolytique du chlore et de l’hydroxyde de sodium !

Le reste provient du charbon (4%), du pétrole (7%), et surtout du gaz naturel méthane (85%) par le procédé industriel du vaporeformage pour des applications dans la chimie industrielle (raffinage, pétrochimie, engrais,…). C’est un produit noble et de luxe à haute valeur ajoutée dans l’industrie.

Des recherches sont en cours pour produire de l’hydrogène sans hydrocarbure, comme par exemple, la décomposition thermique de l’eau dans des réacteurs nucléaires à haute température (HTR). Mais aucune percée n’est encore en vue pour une production « verte » économique, ni pour une utilisation publique facile de l’H2.

Les impitoyables bilans énergétiques et financiers de l’H2 « vert » dans les transports ont toujours été mauvais tout simplement parce que les lois de la physique sont défavorables à son utilisation courante (production, stockage, transport, utilisation dangereuse,…) et ne se soumettent pas aux décisions politiques.

Plutôt que d’extraire de l’H2 du méthane pour alimenter des véhicules, il serait beaucoup plus pratique et économique, et même écologique (paradoxalement), d’utiliser directement ce gaz naturel dans les moteurs thermiques.

La « société hydrogène »

Jusqu’au sommet de l’État, nos élus préfèrent, par cynisme, ce qui brille auprès des médias pour conquérir le pouvoir et s’y maintenir plutôt que d’améliorer le sort de leurs concitoyens en se préoccupant d’investir dans des moyens de production sur le long terme, en « bon père de famille ».

Malgré les multiples avertissements sur l’impasse technique, économique et écologique de l’hydrogène comme « carburant » pour les véhicules (y compris les bus et les trains), l’Allemagne et la France subventionnent à fonds perdus (pas pour tout le monde) ce développement alors que c’est une gabegie financière.

Nos élus ne seraient-ils que les instruments aveugles d’une politique européenne suicidaire emmenée par des lobbies allemands du gaz (Gazprom) et du charbon (inauguration de Datteln 4 en 2020) ?

Ils ont pourtant les moyens de savoir que l’H2 est une impasse, mais ils construisent sciemment des galères dont les rameurs sont tous les Européens qui devront ramer fort pour payer leurs fautes impardonnables (puisqu’ils savent que c’est une impasse)…

Ces élus, volontairement ou non, soutiennent les « écolos-collapsologues » haineux qui souhaitent qu’avant 20 ans la société industrielle s’effondre. Et ils les aident soit par cécité, soit par intérêt personnel bien compris !

En attendant, de puissants lobbies financiers et politiques (de tous bords) estiment pouvoir profiter de ces milliards d’euros de subventions allemandes et européennes. La France (Nicolas Hulot) a déjà mis 100 millions d’euros « sur le tapis » en juin 2018 pour l’H2.

Ils espèrent tous un profit financier en favorisant le concept fallacieux de future civilisation de l’H2.

Les uns y voient un moyen de développer leurs énergies intermittentes éoliennes et solaires, et les autres pensent qu’il faudra beaucoup d’électricité, et donc de réacteurs nucléaires, pour produire cet hydrogène…

D’autres encore espèrent vendre des nouveaux bus, ou des trains à hydrogène, ou des électrolyseurs géants, à cette illusoire société de l’hydrogène.

Le seul dindon de la (mauvaise) farce est le contribuable qui ne bénéficiera pas du retour de ces juteuses subventions prélevées dans ses poches, et qui voient les prix de l’électricité, des carburants, et de l’énergie en général, augmenter sous le poids des taxes pour payer toutes ces gabegies.

En conséquence, le prix de l’électricité domestique atteint 300 €/MWh en Allemagne malgré les fortes subventions, et dépasse les 300 €/MWh au Danemark.

En France, il n’est encore que de 160 €/MWh grâce au nucléaire, mais… en augmentation rapide avec la percée des énergies renouvelables subventionnées.

Cette politique énergétique de l’Allemagne et de la France soutenue par l’Europe s’apparente à du «  vol en bande organisée » dont le repaire de brigands est à Bruxelles.

Macron et la reconstruction

Le Président Macron déclarait le 14 juin 2020 lors de son allocution télévisée : « La priorité est de reconstruire une économie forte, écologique, souveraine et solidaire […] en investissant dans notre indépendance technologique, numérique, industrielle ».

Quoi de mieux que le nucléaire pour y arriver ?

Il appelait aussi à : « un vrai pacte productif consistant à créer les emplois de demain par une reconstruction écologique réconciliant production et climat ».

Encore une fois, quoi de mieux que le nucléaire ?

Mais,  « en même temps » ce Président ferme la centrale nucléaire de Fessenheim détruisant un fleuron industriel ainsi que 2000 à 5000 emplois qualifiés !

Cette politique énergétique inquiète l’Union des industries utilisatrices d’énergie (UNIDEN) qui déclarait en 2019 que  relocaliser l’industrie en France nécessite un accès de long terme à une électricité de base non intermittente, décarbonée et compétitive… donc nucléaire !

L’Allemagne pousse la France et l’Europe à enclencher des investissements ruineux dans le cauchemar mortel du développement de l’hydrogène issu d’énergies « renouvelables » pour sombrer avec elle au milieu des éoliennes et des panneaux solaires… sans nucléaire.

 

Il serait temps de désamorcer la pompe à conneries…

Recherche sur le site

Articles récents

© 2016 - 2020 - Vive le Nucléaire Heureux. Conception - Réalisation : Studio Coléo